Yosemite National Parc & Le Lac Tahoe

Carnet de voyage – mercredi 11 juillet 2018

Aujourd’hui, nous partons découvrir notre dernier parc, déjà (*larmes*), qui est également l’un des plus célèbres des Etats Unis : Yosemite.
Oui, c’est bien de lui dont tout le monde nous a parlé lors de la préparation de notre roadtrip aux USA (désolé Yellowstone, on reviendra pour toi), et du coup, forcément, on a hâte de voir ce que ça donne après toutes les superbes découvertes des précédents jours !

Depuis Lodgepole nous mettrons 3h30 à arriver à Glacier Point, point accessible en voiture le plus élevé du parc. C’est un point de vue exceptionnel sur la vallée et les monts alentours qui font la célébrité de Yosemite qui s’offre à nous, sans que nous n’ayons un seul effort à faire, si ce n’est trouver une place de parking. On ne sait où regarder et passons notre pause déjeuner à l’amphithéâtre, à contempler la nature environnante.

 

 
 

À l’entrée du parc, 30km plus tôt, pas de contrôle de ranger à notre grande surprise, et donc pas de carte du parc en notre possession. À Glacier Point, pas de visitor-center pour compenser, et nous sommes donc un peu perdu sur la suite du programme.
Nous tombons (façon de parler) sur une ranger sur le point de partir en randonnée dans les environs en direction d’un point de vue sur El Captain via la piste de randonnée « four miles trail », et nous décidons donc de nous greffer à son groupe, sans trop savoir ce qu’il va en découdre. L’excursion est annoncée pour 1h30.

 
 

Bon, soyons clairs, après 1h, nous avons craqué. La « randonnée » s’est très rapidement transformée en « jeteracontemesanecdotestousles50m », et arrivés au point de vue qui s’avérera tout proche de notre point de départ, nous n’en pouvions déjà plus. Pas très fier de nous, nous avons quitté le groupe façon ninjas, et avons rebroussés chemin en direction du parking.

Nous imaginions les randonnées ranger un peu plus « physique », ou tout du moins rythmées et accès sur la nature, mais là, il n’en était rien. Rappelons cependant qu’une grande partie des rangers sont des bénévoles, et que le profil de votre excursion pourra donc être totalement différente en fonction de la personne qui vous emmène. Nous concernant, nous aurons essayés, mais allons rester autodidactes pour l’heure…

Sur la route du camping nous nous arrêtons à de nombreux points de vue pour profiter des panoramas exceptionnels sur le national park.

 

Nous ne descendrons dans la vallée que le lendemain, car ce soir, nous retrouvons une famille de copain rencontrés au Cambodge quelques mois plus tôt, et qui ont débarqués aux usa sur un coup de tête ! C’est avec joie qu’on partage avec eux notre emplacement de camping pour 2 nuits. Si vous voulez voir à quoi ressemble leur périple, c’est ici, chez la petite famille de Racontelemonde !


Carnet de voyage – jeudi 12 juillet 2018
Retrouvés des français, super sympas et que nous connaissons déjà qui plus est, ça nous fait beaucoup de bien. C’est l’occasion de tenter de nous américaniser et de ressembler à nos voisins de camping, à coup de marshmallow grillés, de pop-corn, de hot dog, de patate cuites dans les braises et de vin californien médiocre en brique. Les retrouvailles font du bien !

Mais pour la journée, on redivise l’équipe, nous partons de notre côté découvrir la vallée de Yosemite. Nous nous attendions à ce que ce soit compliqué de se garer ici, mais contre toute attente Yosemite remporte la palme d’or de la désorganisation. Malgré un service de navettes aléatoires, les parkings sont saturés et l’accès à la vallée assez difficile.
Il est donc 11h30 quand nous arrivons enfin au visiter center pour prendre les renseignements qui nous permettront d’organiser le reste de notre journée.

Le programme est vite établi puisqu’il existe 4 ballades faciles de 3km en moyenne, et 4 randonnées de minimum 15km et 6h de temps. Vu l’heure et le « bordel automobile » qui règne ici, on décide donc de réaliser 3 des 4 marches, qui devraient tout de même nous donner un bel aperçu du parc.

Notre pause déjeuner se fera au pied de Lower Yosemite Fall, puis nous prendrons la direction de Mirror Lake en passant par prairies et forêts, et traversant les campings du parc.

 
 

 
 

 

 

Nous pensions prendre la navette mais celles-ci sont tellement bondées qu’elles ne s’arrêtent pas forcément et ne passent que toutes les 20-30mn.
Nous avons ainsi fait 13km de marche dans le parc, profitant pleinement des lieux à notre façon, sans avoir à nous entasser parmi les milliers de touristes présents. Une visite personnalisée et à notre rythme qui sauve une journée mal engagée ! Cerise sur le milkshake une fois de plus, nous aurons même eu la chance de croiser le chemin de 2 ours, d’un coyotte, de pas mal de rapaces et de centaines de nos potes écureuils et chipmunks. Malgré l’agitation du parc, ici la faune sauvage continue de vivre sa vie, et ça aussi c’est une belle nouvelle. Outre les ours, certaines pancartes indiquent que des pumas sont présents et peuvent faire une apparition, mais cela resterait apparemment très rare.

Dans tous les cas, c’est une journée unique que nous ne sommes pas prêts d’oublier.
Finalement, c’est bien la vue sur le glacier que nous aurons préféré et qui reste la plus incroyable pour nous, mais nous regrettons de ne pas avoir pu réaliser une grosse randonnée car même si la vallée vaut le coup d’œil, elle ne nous aura pas scotché malgré tout ce que nous auront entendu à son sujet.

L’autre activité que l’on a découverte en se promenant au gré des petits chemins, c’est la descente en bateau gonflable de la rivière qui serpente dans Yosemite Valley. Une activité que l’on aurait aimé tester, mais impossible de trouver ou les bateaux étaient loués, cela doit probablement se situé là ou le gros des hôtels se trouvent.

On retrouve finalement racontelemonde en fin d’après-midi pour partager une deuxième soirée à manger, boire et rigoler.
Merci encore à vous 4 pour ces supers moments partagés autour du feu.
À très vite pour admirer votre belle pelouse, en attendant on pense à vous qui êtes déjà rentrés 😜

Carnet de voyage- Vendredi 13 juillet 2018
Nous quittons la petite famille dans la matinée, cette fois-ci nos chemins se séparent pour de bon de ce côté du globe. Nous empruntons la Tioga Road qui traverse le parc de Yosemite en direction du Lac Tahoe, notre prochaine destination.
La route est très agréable et offre de superbes vues, il nous faudra 2h pour la parcourir.

 
 
 

En chemin, nous nous arrêtons mettre les pieds dans un très beau lac d’altitude et nous profitons d’avoir du temps devant nous pour ralentir devant chaque superbe prairie que nous rencontrons.

 

La route serpente et descend ensuite au niveau de la mer, nous quittons alors la forêt pour n’être entouré que de roches grises.

Notre pause déjeuner se fait à Mono Lake en compagnie de 2 américains en vacances qui nous proposent de manger à leur table pour discuter 5mn. Juste le temps d’échanger sur nos pays respectifs, sur nos voyages, sur notre tour du monde, et sur la quantité de mayonnaise qu’ils mettent dans leurs sandwichs…

 

C’est reparti pour la route de montagne, pour arriver finalement au lac Tahoe en fin d’après-midi. Assez fatigués tous les deux, nous différons notre découverte du Lac au lendemain et profitons du reste de la journée pour nous reposer.

Nous avons encore beaucoup à découvrir avant de quitter le pays, et recharger nos batteries ne nous fera pas de mal !

Carnet de voyage – Samedi 14 juillet 2018
Notre découverte du Lac Tahoe se fait tardivement dans la matinée.
Quand nous précisons tardivement, c’est que nous ne partons du camping que sur les coups de 10h, alors que tout le monde nous avait prévenu que c’était absolument la chose à ne pas faire (hum…).

Nous prenons la direction de Esmerald bay pour accomplir notre mission du jour : une balade à Eagle Fall, dont les américains de la veille nous ont vanté la beauté.

Certes, la route est très agréable et les points de vue sur le lac sont incroyables, mais arrivés a la cascade, c’est le drame. Les parkings sont saturés et les voitures garées sur (et DANS) les bas-côtés… Il nous faudra tourner et faire des allers-retours pendant plus d’une bonne demi-heure pour réussir à pour nous garer à cheval sur des rochers, alors que nous étions à deux doigts d’abandonner.

 

La balade ne dure que 10mn et offre un joli point de vue sur le Lac. Cependant, Eagle Fall n’a pour nous rien d’extraordinaire, mais le bassin situé au-dessus de la cascade nous permet de nous octroyer une pause pique-nique, et Aurore en profitera même pour se mettre à l’eau tandis que Bastien partira à la chasse à l’ours dans les rochers environnants. Notre avis ? Même si l’eau était froide, le cadre et la clarté de l’eau vaut bien un petit détour. Mais pas d’ours au menu du jour.

 
 

De retour à la voiture, nous décidons de repartir en sens inverse, en direction de la ville pour mettre les pieds dans le lac Tahoe au moins une fois. Même problématique qu’à Esmerald bay, les voitures s’entassent, toutes les ruelles à plusieurs kilomètres des plages sont bouchées et saturées et on tourne à nouveau pendant un bon moment. Nous finissons par trouver une place dans une ruelle, au cœur d’un quartier résidentiel, à quelques dizaines de mètres de l’eau. Et si nous avons trouvé une place, c’est pour une bonne raison : il n’y a pas de « plage », les gens s’entassent sur les pontons et les cailloux au milieu des jet skis et bateaux amarrés, et l’eau n’est pas si bleu que cela, pour ne pas dire pas bleu du tout, du tout.


Bref, vous l’aurez compris, pour la première fois de notre séjour chez l’Oncle Sam, un coin ne nous emballe pas. Nous nous décidons donc à repartir après une rapide promenade le long du lac, histoire d’avoir tout de même mis toutes les chances de notre côté. Hors saison touristique, hors vacances scolaires, et accessoirement hors weekend, il est probablement plus aisé de trouver une place proche des plages et des coins sympas. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à nous dire comment c’est, en vrai, le Lac Tahoe !

Nous qui imaginions des eaux turquoise, comme les stickers à l’arrière de tous les pickups du coin le vantent, nous restons sur notre faim.

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :