Un Oasis de béton : Huacachina

Le retour à la réalité est rude, et ce dès nos premiers pas à Ica. Dire que la ville est moche serait un euphémisme. C’est sale, pollué, extrêmement bruyant, et les ruelles ne sont pas toujours très rassurantes.

La recherche d’un hôtel dans le centre est difficile, mais nous finissons par trouver notre graal grâce à un pointage réalisé quelques jours avant par Aurore sur maps.me. Aucun souvenir de comment nous avons noté cette adresse, mais nous avons bien fait. Nous sommes très bien accueil à l’Hôtel ANTHONY. Une chambre spacieuse et propre, avec salle de bain privative, et qui ne donne pas sur la rue : un vrai plus dans cette ville assourdissante. Enfin, le repos est à notre portée, après cette incroyable journée de transports.

 

Carnet de voyage – Dimanche 7 octobre 2018

 Notre arrêt à Ica est volontaire. Certes, nous ne nous attendions pas à une ville si déplaisante, mais ce n’est pas non plus ce que nous sommes venu voir. A quelques kilomètres de la ville se trouve une « oasis », Huacachina, situé (à priori) au cœur des Dunes.

 

Après notre « menu del dia » quotidien, nous trouvons un tuktuk et partons passer l’après-midi à l’Oasis.

Là aussi, quelle déception pour Bastien qui imaginait prendre un buggy pour rejoindre une oasis « perdue » au cœur du désert. La réalité est tout autre, et les photos que nous avions trouvées jusqu’ici sur la toile sont particulièrement mensongères.

Huacachina est bétonnée de la tête aux pieds, une route asphaltée nous y amène très rapidement (quelques centaines de mètres seulement séparent l’oasis de la ville, et une fois sur place, les innombrables et immondes hôtels gâchent la beauté naturelle du point d’eau. Nous sommes loin de la carte postale : oui, l’image que vous voyez sur la toile existe, si vous choisissez minutieusement l’angle de prise de votre photo… et ça, Bastien, ça l’agace. Tomber dans cet attrape-couillon par excellence après s’être donné autant de mal pour se retrouver isolé dans les montagnes… Enfin bon, positivons !

 

N’ayant pas envie de rester sur cette première impression, nous nous décidons à faire le tour des agences, pour réaliser l’incontournable « tour de buggy ». Après avoir fait le tour des prestataires, nous optons finalement pour le 1ere sur lequel nous sommes tombées à l’entrée de l’oasis, qui nous aura proposé le meilleur tarif pour cette visite. Une petite négociation supplémentaire plus tard (les prix sont particulièrement gonflés pour les touristes, c’est donc sans remords), et nous prenons nos places pour le tour de 16h. En effet, il est très conseillé de faire ce tour au coucher du soleil, pour profiter des plus belles lumières sur les dunes. Il est 13h, et pour passer le temps et puisque nous sommes venu ici pour cela, on ascensionne la dune à notre droite et restons à profiter du paysage côté océan, dos à la ville. C’est bien là que réside la beauté des lieux : non pas dans l’oasis, mais dans les dunes qui se cachent derrière.

 


Le temps file finalement et nous redescendons pour notre tour de Buggy en longeant les crètes des dunes autour de l’oasis. On se croirait presque à la maison, à redescendre notre dune du Pyla. Fait rigolo, certains descendent cette dune… en ski ! Marrant à regarder, cela donnerait presque envie de se lancer ! Mais ne vous y trompez pas, il faut monter avec les ski auparavant… Pour quelques secondes de descente, nous attendrons l’hiver suivant dans nos Pyrénées J

C’est jour d’élection aujourd’hui, il y a donc moins de monde que d’habitude, mais une dizaine de buggy partent tout de même en même temps que nous.

Après 10mn de pilotage (oui, les pilotes manient ici leurs vieux buggy à la perfection) et quelques cris pour certaines, nous nous arrêtons pour une longue séance photo.

   
 
 

Un second arrêt est prévu pour s’essayer au sandboard : on a adoré tous les deux ! Vous pouvez au choix, vous laisser glisser allonger sur la planche, ou tenter comme Bastien de descendre debout sur la planche… A vos risques et périls cependant, les protections ne sont pas à l’ordre du jour, et nous savons qu’un accident mortel a eu lieu quelques semaines auparavant pour une française. Ce sera donc descente vigilante, mais pas moins fun.

Après de nouveau 15mn de Buggy, nous sommes en place en haut de la plus haute dune pour aller admirer le coucher de soleil. Notre chauffeur a choisi de s’isoler sur une dune difficile d’accès pour nous offrir ce moment unique, loin des autres véhicules derrières nous. Un moment magique, teintées d’incroyables couleurs. 

 

 
 
 

Notre pilote nous ramène après quelques nouveaux virages nocturnes à toute vitesse, enchainant descentes impressionnantes et survoles des crêtes des dunes : 2h pile après notre départ, nous sommes de retour au « parking buggy ». Il est 18h passé et nous n’avons pas le temps de trainer : on prend le premier tuktuk croisé qui nous ramène à notre hôtel bien plus vite que prévu, dimanche et jour d’élection, les rues sont désertes ce qui semble très très rare à Ica, apparemment connues pour ses embouteillages. Là aussi, négociez votre tuktuk avant de partir, ça évitera de mauvaises surprises une fois à votre hôtel…

Nous refaisons rapidement nos sacs, et partons pour 10mn de marche en direction du terminal des bus. Nos billets nous attendent au guichet de MovilBus, car nous les avons cette fois-ci payé en ligne sur redbus.pe (histoire de ne pas se retrouver bloqués ici plus longtemps…).

Notre premier bus de nuit péruvien semble assez confortable, en espérant dormir un peu si la route nous le permet… Et oui, comme la réputation du pays, chaque voyage est une aventure sur les routes péruviennes !

A bientôt!

Aurore & Bastien

Infos voyageurs:

  • Collectivo Huancavelica – Pisco 14,5€ par personne
  • Bus Pisco – Ica 1,30€ par personne
  • Hotel Anthony Nuit en chambre double négociée à 7,85€ (30 pesos), salle de bain privée, reception 24/24 et garde bagage sans supplément. simple mais efficace.
  • TukTuk Huacachina 3,5€ l’aller/retour
  • Taxe Dunes 0,90€ par personne
  • Tour en Buggy 2h 7,50€ par personne
  • Bus de Nuit MovilBus pour Arequipa 16,50€ par personne

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :