Tongariro et Lac Taupo

Le Mont Ruapehu qui culmine à 2700m nous apparaît tout blanc. Le soleil nous permet d’en profiter quelques minutes seulement car la suite de la route est complètement dans les nuages.

aurore ayant perdu toutes les photos de l’île du nord, on remercie ce blog pour la photo

Il ne pleut pas, c’est déjà ça, mais lorsque nous atteignons Whakapapa, notre joie de partir à la conquête du Tongariro en prend un coup. Nous faisons une longue pause informative au DOC du village, à la recherche d’informations, mais aussi pour que le personnel puisse nous rassurer. Concrètement, les conditions ne sont pas mauvaises, et nous devrions théoriquement pouvoir nous lancer dans la randonnée le lendemain, malgré des chutes de neiges au-delà de 1800m, ce qui correspond au niveau le plus haut de la marche.

Ce trek de 19,4km se fait normalement en one-way ; un service de navette très efficace l’été vous permet de garer votre voiture au début ou à la fin, et de vous déposer à l’opposé avant ou après votre randonnée.

 

Mais en hiver il n’en est rien, les navettes ne sont pas aussi régulières, et ne déposent pas au parking mais à la bifurcation. En gros, il faudrait trouver une autre voiture et son ou ses pilotes pour déposer un véhicule au départ et un autre à la fin. Sauf qu’ici, il n’y a pas de réseau et personne dans le DOC au moment où nous prenons les informations.

Dommage ! Nous décidons donc de faire la seule option possible : un aller et retour jusqu’à la montagne du destin ! Cela implique donc de ne pas faire la randonnée dans son intégralité, mais de profiter des plus beaux points avant de revenir. Un bon compromis après de longues minutes à nous interroger sur la façon de nous y prendre. Nous avons entendu pas mal de choses, y compris que des guides étaient indispensables… Element sur lequel nous avons alors d’énormes doutes.

Ah ! On ne vous a pas dit ? Le Mont Tongariro, c’est bien la célèbre montagne du film où Frodon s’est débarrassé du précieux (non sans difficulté, il lui aura fallu 3 films tout de même, à cet empoté…).

Nous nous préparons donc à faire 20km avec comme point de retour « Esmerald Lake ».

Affaire à suivre ! En espérant ne pas finir comme l’anneau tout de même…

Pour l’heure, nous rejoignons un petit camping du DOC à quelques kilomètres pour nous reposer après avoir fait une courte ballade autour du village.

 

Carnet de voyage – samedi 16 juin 2018

8h nous sommes fins prêts : Van garé sur le parking de Mangetapopo, sacs sur le dos et chaussures aux pieds. On a tout pour attaquer le fameux Tongariro Alpine Crossing !

Les nuages sont là, mais la pluie qui n’a cessé de tomber de la Nuit a disparue. Si cela reste ainsi, cela nous convient !

Les 4 premiers km sont avalés tranquillement jusqu’au point de Soda Spring.

Pas de visibilité au-dessus de nous, mais on avance toujours, plus ou moins confiants.

Nous attaquons les marches pour nous rendre au niveau du premier lac et du Red Crater ; cette fois-ci, la pluie est là, de plus en plus intense, mais on continue. Nous croisons 2 groupes en descente, au pas rapide, et à la mine déconfite. Le premier espagnol nous invite clairement à ne pas continuer, nous indiquant que c’est trop dangereux. Le 2eme groupe, des français, nous précisent qu’ils l’ont déjà fait, mais que cette fois-ci la pluie et le vent sont intenables au-dessus, et que la visibilité est tout simplement nulle. La déception est immense, et après de nombreuses minutes à hésiter, nous devons rebrousser chemin.

Nous croisons un guide du DOC a qui nous demandons les conditions sur le reste de la journée : ce dernier nous indique que la pluie sera discontinue, et que le temps ira en se dégradant.

Notre état ? Dégoutés, il n’y a pas d’autres mots. La montagne de Sauron, nous rêvions de la voir : le retour est aussi triste que le temps. Cette fois-ci, c’est un véritable déchirement d’abandonner.

   
  
 

De retour au Van sur les coups de 11h, la fatigue de ces derniers jours voir de ces derniers mois nous envahit, et le morale en berne n’aide pas. Le parc est entièrement dans les nuages et la pluie ; d’autres « petites » randonnées (sans dénivelé) sont possibles, mais le temps ne nous donne pas envie de nous lancer.

Nous reprenons la route et nous arrêtons à la première aire tranquille pour une vrai sieste réparatrice.

Nous émergeons 2h plus tard, et pour notre bien-être physique et mental, nous réadaptons le programme de cette fin de journée : détente dans une source chaude amménagée en piscine chauffée du village de Tokaanu. La région met à profit sa situation géothermique au maximum, et des hot pools sont disponibles dans toutes les villes, via les campings et Hôtel.

 
 

Il y en a pour tous les gouts, et bien sûr, pour tous les budgets… Les fumerolles naturelles sont de plus en plus nombreuses au fur et à mesure que nous nous approchons de Taupo au Nord du Lac du même nom. Ici, nous retrouvons 2 PVTistes en vadrouilles pour partager une bière devant le match France-All blacks. Il ne faut pas se laisser abattre…

Taupo est pleine de vie, les rues sont animées malgré la pluie, et le Bar est vite bondé.

Nous passons une excellente soirée, merci encore Clara et Clement pour ce moment partagé ! 

 

Carnet de voyage – dimanche 17 juin 2018

Réveil en douceur au bord du lac Taupo. Le soleil est revenu, enfin, mais au loin le Tongariro reste caché dans d’épais nuages noirs. Ce ne sera pas pour aujourd’hui non plus…  

Nous partons découvrir les environs de Taupo, et le charme de cette ville balnéaire fonctionne dès que nous y mettons les pieds. Comme beaucoup de ville de Nouvelle-Zélande en réalité… Il y fait bon vivre, tout simplement.

Taupo compte quelques activités payantes, un peu à l’image de Queenstown au Sud. Sortie voilier sur le lac, speed-boat sur la rivière, saut à l’élastique, golf, piscines thermales et j’en passe. Pour nous ce sera la version low-cost (tiens donc ?).

Nous démarrons par le spectaculaire lâché d’eau au barrage de Aratiatia : ce spectacle unique, lieu de tournage de la scène des tonneaux dans le Hobbit, a lieu 3 fois par jour en hiver (10h,12h et 14h). À 11h30 nous sommes en place, très vite rejoints par une dizaine de personnes et nous observons le spectacle improvisé pendant une 15ène de minutes. Des milliers de litres d’eaux s’engouffrent dans le goulot, avec une impressionnante puissance.

Direction ensuite les Huka Falls : ces chutes d’eau ont un débit hors norme de 220 000 litres à la seconde. Le tourbillon blanc et l’eau turquoise les rendent très belles dès que le soleil pointe son nez.

Nous partons ensuite au Spa-Park, en centre-ville. Il s’agit d’un très beau park comme seuls les neo zélandais savent faire, disposant d’une partie  » hot pool » gratuite. Au bord de la rivière Waraiki, une source d’eau chaude se déverse et crée des bassins. Malheureusement en travaux de réaménagement, le site devrait être superbe dès qu’il sera fini ! Et le vrai plus, c’est qu’il devrait rester gratuit malgré les travaux initiés.

 

L’une des activités phare de Taupo, c’est la sortie bateau le long de Acacia bay a la découverte de Maori Carving. Entendez par là une sculpture au style maori réalisée dans les années 70 pour protéger le Lac et rendre hommage au navigateur maori qui a découvert la région. Le prix pour l’heure de bateau est, selon nous, très excessif, et nous nous rabattons donc par une balade conseillée par notre guide numérique Frenzy le long de la baie.

Il s’agit d’un aller/retour de 30mn. Rien de bien méchant donc, et un très joli moment entre rochers, sculpture maori « secrète », grotte surprenante aux nombreux habitants aux pates poilues, et le soleil couchant sur le Lac Taupo.

 
 

Pour finir la journée en beauté nous faisons une dernière balade le long du Lac entre les 2 « hot beach spot » de la ville. Ces endroits improbables permettent de creuser le sable et de s’improviser une piscine chauffée. 

Taupo nous aura séduits, et cette journée sans accro nous aura bien requinqué pour la suite des aventures. Il semblerait que notre série de « malchance » touche à a fin, et il ne nous reste déjà plus qu’une semaine ici !

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

2 pensées sur “Tongariro et Lac Taupo

  • 5 octobre 2018 à 19 h 41 min
    Permalink

    Hello,
    On ne domestique pas aussi facilement dame nature et votre superbe randonnée avortée en est l’illustre exemple.
    Pas grave au vu des milliers d’images déjà glanées au cours de votre voyage.
    Bonne route
    Pascal

    Répondre
    • 24 octobre 2018 à 15 h 48 min
      Permalink

      Et ce n’est pas encore fini 😉
      Merci pour ton assiduité James ! Nous avons pris beaucoup de retard sur le blog à cause des mauvaises conditions internet entre le Pérou et la Bolivie, mais nous allons nous rattraper 🙂
      Bien à toi
      Aurore & Bastien

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :