Tekapo, Pukaki & Mont Cook : les joyaux de la NZ

Carnet de voyage – dimanche 27 mai 2018

Les routes panoramiques, qui n’aime pas ça en roadtrip ?

Après avoir parcouru celles du Nord de l’Irlande nous savons qu’elles réservent toujours de belles surprises, même si elles peuvent être très chronophages. La Scenic road Inland ne déroge pas à la règle :  160km à travers champs et forêts, avec une alternance entre montagnes et océan en arrière-plan… Nous y découvrons également la vie rurale du pays ! Et niveau mouton, il y a de quoi se faire quelques méchouis !   

Nous sommes très agréablement surpris par les villes et villages que nous traversons, avec un mélange entre maisons américaines et anglaises. Très souvent de plein pied et de petite surface, parfois plus mobil-home que maison en dure, mais c’est toujours avec beaucoup de charme et d’élégance. Contrairement à chez nous, il semble que chaque village dispose du strict minimum, à savoir un pub (indispensable nous sommes d’accord), une supérette, l’église, la poste… Et nous en oublions certainement.

Nous arrivons enfin au superbe Lac Tekapo ! Celui-ci, ainsi que son « proche » voisin le Lac Pukaki, sont sur les lèvres de tous ceux qui sont un jour passés dans ce coin de la Nouvelle Zélande. Ces 2 grandes étendues ont une particularité en commun : leurs eaux sont issues de la fonte des glaciers, et sont donc d’une incroyable pureté. Grâce aux sédiments, les eaux de glaciers sont teintées d’un bleu turquoise incroyable lorsque le soleil s’y reflète. Malheureusement pour nous, même si nous avons la chance d’apercevoir quelques minutes ces superbes teintes, les nuages sont aujourd’hui de la partie, et nous ne pourrons vous dire que nous avons vu le lac sous son meilleur jour.

ça c’est le lendemain, et c’est vrai que c’est beau quand même!!

Pour se rattraper, nous nous attaquons à notre première randonnée ici : l’ascension du Mont John. Une balade qui débute derrière ce que Aurore définira comme le Calicéo local (à savoir, les bains chauds du lac). Nous nous enfonçons dans la végétation néo-zélandaise que nous découvrons pour la première fois ; l’odeur du pin, les épines au sol, les fougères… Dites, ça ressemble quand même pas mal à chez nous cette affaire ?!

Nous ne sortons de la forêt que lors de notre arrivée au sommet, pour y découvrir une incroyable vue sur le lac d’un côté, et sur la lande déserte de l’autre. Nous sommes entourés des plaines du seigneur des anneaux, rien que ça !

Le soleil commence déjà à descendre lorsque nous retournons au Van. Pas de freecamp ici, nous parcourons les quelques kilomètres qui nous séparent du Lac Pukaki et arrivons de nuit sur la rive déserte de cette seconde étandue d’eau pure. Nous ne sommes que 2 vans, et nous apercevons les montagnes environnantes grâce aux reflets de la lune sur le Lac. 

La région est également connue pour ses somptueux ciel étoilé et à raison, le spectacle est incroyable malgré le froid qui nous empêche de rester bien longtemps à l’extérieur de notre cocon sur roues. C’est que l’on deviendrait presque douillets tiens…

 

Carnet de voyage – lundi 28 mai 2018

Réveil gelé au bord du lac Pukaki. Après avoir profité de la beauté du lac et des montagnes au premiers rayons du soleil, nous partons pour Aoraki, situé à 80km du lac pour randonner autour du village du mont Cook. Cette chaîne de montagne regroupe les plus hauts sommets de Nouvelle Zélande dont la plus haute, le mont cook himself, qui culmine à 3000m. Environ. Pas de décimètre sur nous, nous nous fions aux données Maps.me.

Il est déjà relativement tard lorsque nous attaquons la première marche, qui est également la plus célèbre semble-t-il, la Hooker Valley Track. Une randonnée de 3h aller-retour, au dénivelé quasi nul, qui nous fait traverser 3 ponts suspendus au pied des montagnes. L’arrivée est grandiose, nous sommes face au Mont Cook et à son glacier, au pied du Hooker Lake. Les quelques icebergs qui flottent à proximité de la rive nous rappellent que la fonte des glaces n’est pas qu’une illusion : 100ans auparavant, le glacier se dressait 5km en aval, là ou nous avons attaqués notre randonnée.




Le retour est un peu long (comme pour tous les aller/retour, selon Bastien), mais la vue sur la vallée est superbe sous la lumière changeante. Un magnifique soleil nous accompagne cette fois-ci, rendant la marche bien plus agréable malgré les nombreuses plaques de verglas qui parsèment le chemin.  

De retour à 14h, notre maison sur roue nous offrira le salut d’un bon plat de pâtes pour repartir de plus belle avant le coucher du soleil à 17h30. Emporter sa cuisine partout avec soit est un luxe que nous commençons d’ores et déjà à apprécier !

Notre seconde randonnée consiste plus en une ascension d’une centaine de marches menant à un point de vue, qu’à une véritable marche de montagne. Le point de vue en lui-même donne sur le lac Tasman et son glacier. In fine, ce glaçon s’avère bien plus impressionnant que le précédent, et nous avons une superbe vue sur les montagnes qui nous entourent pour un moindre effort.

Le chemin du retour nous permet pour sa part de profiter de la vue sur la vallée une dernière fois, mais également de découvrir les « blue lakes » (verts lors de notre passage, semblerait-il à la suite des pluies des derniers jours). Par « lakes », entendez plutôt « mares ». Nous vous proposons donc de renommer ce point « les flaques d’eaux verdâtres bof bof mais pas loin ».

Nous avons eu la chance de bénéficier d’une journée entièrement ensoleillée et d’un Mont Cook dégagé de tous nuage, ce qui n’est, apparemment, pas souvent le cas. Il nous reste à espérer que cela continue ainsi…

 

Sur la route du retour vers le lac Pukaki, les pauses photos sont nombreuses. Alors que les nuages masquaient la chaine du Mont Cook à l’aller, le retour se fait sans une seule ombre au tableau, et nous offre des paysages exceptionnels à la lumière descendante.

Nous décidons de dormir de nouveau au pied du lac, cette fois-ci sur un freecamp plus accessible et connu, et donc bien plus fréquenté que le premier. Quand on a une telle vue sur le lac et les montagnes, ça vaut parfois le coup d’avoir quelques voisins (bruyants, comme tous les voisins). De toute façon, il fait tellement froid à la nuit tombée que tout le monde se barricade rapidement, et à 20h il n’y a plus aucun bruit sur le camp. 

 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

2 pensées sur “Tekapo, Pukaki & Mont Cook : les joyaux de la NZ

  • 17 août 2018 à 0 h 11 min
    Permalink

    Nous avons passé quasiment la même journée que vous mais à une autre saison. C’est top de voir d’autres « versions de nous » 😉

    Répondre
  • 20 août 2018 à 8 h 06 min
    Permalink

    Hello,
    Vos photos sont paradisiaques, envoutantes et on s’y laisse absorber .
    Je n’ose imaginer le lac Tekapo vu sous son meilleur jour car la photo prise montre déjà des couleurs magnifiques. Je suis Fan !
    Bonne route
    James

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :