Sur la route des Catlins

Carnet de voyage – mardi 29 mai 2018

Second réveil face au tableau du lac Pukaki. Un superbe lever de soleil, un bon cappuccino et de succulents pancakes face à un tel paysage, la journée peut commencer !

Nous partons pour Oamaru, située à 150km. Cela signe notre retour sur la côte Est par la route 83. Oamara, Otemata, Kurow… Une succession de villages qui bordent la rivière Waitiki (qui signifie « eaux pleureuses » en maori), le plus long cours d’eau de Nouvelle Zélande. Long de 110km, il délimite en parti les régions de Canterbury et d’Otago, où nous nous rendons. Nous passons à travers lacs, rivières et montagnes sous un grand ciel bleu, et 2h de route suffiront pour arriver à bon port.

 

Notre arrêt à Oamaru se résume à l’achat d’un transformateur de 12V à 220V pour allume cigare afin de pouvoir recharger ordinateurs et batteries (magasin JayCar, pour les intéressés), de quelques courses au Countdown local et du plein de brochures au I-SITE de la ville. Les façades blanches des différents monuments et maisons de la ville sont superbes, et dénotent de ce que nous avons eu l’occasion de voir jusqu’ici. Comme tous les 2 jours, nous devons également marquer un stop à la Dump Station la plus proches pour vidanger et remplir les cuves de Granny.  

 
 

Pour la pause déjeuner nous arrêtons le Van proche du Oamaru Blue Penguin Colony, une jetée fréquentée par des centaines d’oiseaux, et une digue où se fracassent de puissantes vagues. Notre balade post prandial nous pousse à franchir les barrières grandes ouvertes du centre à proximité, qui restent ouvertes en journée. L’occasion de rencontrer, de près, les lions de mer en pleine bronzette.


 

 

Des gradins sont disposés pour que les visiteurs souhaitant voir la sortie de l’eau des manchots bleus à la tombée de la nuit puissent se délester de 28$ par adulte. Vous nous connaissez, payer pour la nature, nous ne sommes toujours pas fans… Si nous devons rencontrer ces petites bêtes, ce sera par nos propres moyens.

Nous partons sur la plage suivante, nommée Bushy Beach, elle est connue pour abriter une colonie de manchots aux yeux jaunes. Mais nous apprendrons à nos dépends qu’il est trop tôt dans l’après-midi pour apercevoir ces petits malins, qui ne se montrent qu’à la tombée de la nuit, à l’occasion de leur retour sur la terre ferme après avoir passé la journée à chasser en mer. Nous profitons de la plage déserte et avons cependant l’occasion d’observer de nouveau quelques lions de mer, dont l’activité journalière semble pour le coup bien plus relax… Feignasses.

Il est encore tôt et nous décidons de pousser jusqu’aux fameux Moeraki Boulders, ces grosses pierres rondes au milieu de la plage façonnées par les marées. C’est un phénomène assez impressionnant et surtout très étonnant ! Attention, il vous faudra ruser une fois de plus pour ne pas avoir à payer un parking sans raison : en arrivant sur le site en voiture, restez sur votre droite et ne prenez pas la direction du restaurant, vous n’aurez pas à marcher longtemps avant de tomber sur ces formations rocheuses. Malins les bougres, tout est bon pour se faire une pièce sans fournir le moindre effort… Probablement un manageur asiatique aux commandes ? Passons.

 

Notre dernière pause s’avérera la plus belle surprise de la journée. Bastien cherchant à rencontrer les manchots dans leur milieu naturel, il a trouvé par hasard en fouillant sur internet ce qui semblerait un coin bien moins connu et touristique. Nous nous rendons donc au Kaitiki Point Lighthouse de Moeraki (autrement dit, le phare). Il s’agit d’une zone protégée à flanc de falaises, permettant de découvrir deux plages isolées ou lions de mer et manchots vivent leur vie, loin de la pression médiatique.

 
 
 

À notre grand étonnement, un manchot se balade peinard sur la plage, à quelques dizaines de mètres de nous. Bouches-bé et admiratifs, nous profiterons du spectacle 1h durant, observant d’autres manchots sortir de l’eau et rejoindre le premier. Un petit dormeur se cache un peu plus loin et tout un groupe de lion de mer se prélasse au bout de la falaise, offrant elle-même une superbe vue sur la côte et les îlots environnants. Une très jolie découverte, loin des flux touristiques et entièrement gratuit ! Carton plein 😊

 
 

C’est encore une belle journée qui s’achève (désolé, nous risquons d’utiliser souvent cette formulation ici) dans un freecamp à proxmité, le long de la plage de Moeraki ! La Nouvelle Zélande déroule son plan de séduction sans accroc…

 

Carnet de voyage- Mercredi 30 mai 2018

Changement de stratégie, hier soir nous avons dormi dans le lit du bas de notre van.

Résultat : Aurore a eu un peu moins froid, et Bastien trouve cela vraiment moins pratique. Du coup, ce soir, on remonte dans notre mezzanine, pour comparer. Les ajustements pour lutter contre les températures négatives continuent…

Ceci étant dit, la vue au réveil est, une nouvelle fois, superbe : la plage déserte et le bruit des vagues reste une sonnerie de réveil bien agréable. De quoi nous donner de nouveau des idées pour notre retour en France (Quoi ?)

 

On commence à prendre des habitudes de vacances, pancakes au petit déjeuner et nous voila parti pour 10h, direction Dunedin, à quelques 60 kilomètres d’ici.

Dunedin est la 5e plus grande ville de Nouvelle Zélande, une ville étudiante, animée et qui possède une architecture victorienne très intéressante. Voilà que nous faisons dans l’archi maintenant tiens…

La gare ainsi que la cours de justice qui lui fait face sont de très beaux bâtiments, même si il vous faudra lutter pour vous garer non loin à moindre coût.

 

Nous ne nous attardons pas à Dunedin, hormis en fin de journée pour aller admirer le Street Art local.

 

Après avoir rempli le frigo au Pak’n’Save et le réservoir chez BP, il est temps de nous nous diriger vers Tunnel Beach à seulement 5km pour un déjeuner au grand air. Cette promenade d’1h aller-retour nous a agréablement surprise ! On descend à pic vers la falaise où nous attend un tunnel caché qui mène à la plage. La vue est superbe, et mérite amplement de faire chauffer les mollets sur quelques centaines de mètres.

 

Une fois les estomacs remplis nous partons explorer la péninsule d’Otago : une boucle de 2h environ, que nous commençons par la route côtière et terminons par la route des crêtes. Une superbe « loop » où encore une fois nous nous serions bien arrêtés à chaque virage si nous n’avions craint de créer un bouchon. Au bout de la péninsule est installé le centre de protection des Albatros Royaux, un musée intéressant et gratuit et un promontoire accessible à tous pour admirer lions de mers, oiseaux et manchots bleus (si vous êtes chanceux et/ou que vous payez pour y accéder à la bonne heure…).

Pour les passionnés, des tours guidés à partir de 35$ sont proposés, et peuvent se montrer intéressants.

 

 


Sur la route du retour nous faisons un bref arrêt à Sandfly Bay, une plage accessible par une marche allant de quelques minutes à 1h en fonction du parking que vous choisirez. Le vent violent et le zéro degré ambiant nous feront rebrousser chemin après avoir atteints le belvédère, qui nous aura tout de même donné une bonne idée de la beauté de cette plage.

Comme tous les soirs, il est déjà temps de trouver un freecamp pour la nuit. Ce sera au Brighton domaine, face à l’océan, difficile de faire mieux pour nous satisfaire.

 

Carnet de voyage – Jeudi 31 mai 2018

Vous ne devinerez jamais ?! Et bien encore un superbe réveil face à l’océan, et cette fois-ci un peu moins froid ! Nous comprenons maintenant l’engouement du « vanlife », quel bonheur de profiter de tels hôtels… Aujourd’hui, nous prenons la route des Catlins par la Southern Scenic Road !

 

Dès les premiers kilomètres, une bifurcation dû à des travaux nous pousse à nous perdre pendant une dizaine de kilomètres dans la campagne de Taeiri. Nous rencontrons notre première vrai « gravel road » (entendez par là : route pourrie ou le bas de caisse risque de racler à chaque virage), au milieu des champs encore blancs et des moutons dont la laine reste givrée (ça c’est rigolo à voir…).

Des paysages sublimes, ponctués, il est vrai, de quelques grincements de dents d’Aurore lorsque Granny doit enchainer pentes et montées sur ce revêtement douteux. Finalement nous rejoignons sain et sauf la fameuse route panoramique, la Toyota aillant fait ses preuves sur cette première épreuve !

Nos arrêts sont nombreux au cours de la journée et les vues plus belles les unes que les autres.

Après Kaka point, la baie des surfeurs (sans surfeurs), nous faisons notre premier stop à Nugget point et son phare. La vue sur les falaises est incontournable selon nous !

Les villages qui semblent déserts défilent et nous décidons de bifurquer de la route principale pour rejoindre la forêt ainsi qu’une cascade qui semble célèbre selon les documents des i-site : Purakaunui falls.

Les cascades sont certes jolies mais ce qui nous a le plus plut c’est bien la balade en forêt qui permet d’y parvenir. Un moment indescriptible où nous découvrons la flore sauvage du pays à seulement quelques mètres de la route, le tout sur un chemin balisé parcouru en à peine 10 minutes. Un moment que nous apprécions tous deux, et qui vaut également le détour selon nous.

 
 

Le parking pour déjeuner ne dispose cependant pas d’une superbe vue, et l’ombre de la forêt ne laisse quasiment pas passer les quelques rayons de soleil qui pourraient nous réchauffer, nous repartons donc pour 20 minutes de route vers Florence Hill Lookout. Un superbe point de vue sur la baie qui rend de suite la pause déjeuner bien plus agréable !

Les journées passent à une vitesse folle, et il est déjà 14h. De son côté, le compteur kilométrique de Granny file également. Nous pensions nous arrêter aux Cathedral Rocks, ces pierres creusées par l’eau en forme de cathédral mais à notre passage la route menant au parking est fermée (seulement ouverte 1h avant, et 1h après l’heure de marée basse, à vos calculettes !).

Nous finissons notre journée par un stop à Curio Bay et ses mysterieuses forêts. L’une d’elle est pétrifiée dans les roches disséminées sur la plage, mais nous sommes arrivés à marée montante et malheureusement la magie du lieu n’aura pas opéré pour nous. Envoyez-nous vos photos, nous sommes curieux ! Cette plage est également connue pour abriter une colonie de pingouins, faites vous discrets et vous aurez peut-être plus de chance que nous…

 

La seconde forêt, bien vivante, permet une jolie balade guidée par des panneaux explicatifs des végétaux endémiques du pays.

Arrêt suivant, Slope point, le point le plus au sud du Pays, le temps d’une photo souvenir à flan de falaise !


Dernier arrêt de cette longue journée, Waipapa Point pour admirer son phare au coucher de soleil. 2 énormes lions de mer nous feront la surprise de nous accueillir (et de se la jouer match de catch, ce qui reste relativement impressionnant à voir). Malgré nos multiples recherches, pas de pingouins… Les petites bêtes savent se faire discrètes, et nous n’insistons pas de peur de les empêcher de revenir sur la terre ferme en toute quiétude.

Notre camping de la nuit sera celui du village de Fortrose, au bord de l’eau. Nous nous garons avec les derniers rayons du soleil, la vue devrait être sympa demain matin.

 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

3 pensées sur “Sur la route des Catlins

  • 5 août 2018 à 6 h 52 min
    Permalink

    Magnifique ! Vous démontrez qu’on peut aussi visiter la Nouvelle-Zélande en automne et que c’est toujours superbe.
    Pour voir des manchots bleus gratuitement, on peut aussi aller sur le port de Timaru. Par contre, je n’ai pas eu la chance de les voir à la lumière comme vous, ils sont arrivés à la nuit bien tombée… La route des Catlins est l’une de mes favorites.

    Répondre
    • 5 août 2018 à 9 h 08 min
      Permalink

      Nous sommes bien d’accord, c’est splendide !
      Et oui, ces petites bêtes ont des horaires bien particulières 🙂
      Merci pour ton retour Marie-Claude

      Répondre
  • 20 août 2018 à 8 h 26 min
    Permalink

    Hello,
    Les Lions de mer ont l’air docile mais j’avoue que je ne m’amuserai pas à les perturber dans leurs sommeils.
    Ces pierres rondes façonnées par la mer ressemblent à des oeufs géants de créatures préhistoriques !!
    Le Vanlife semble effectivement être un bonheur . J’ai vraiment du mal à convertir ma femme mais je vais lui montrer les belles photos de réveil et cela pourra peut être lui apporter une autre vue …
    les routes pentues et douteuse voire glissante ne seront pas montrée à ma femme … moi j’adore et la photo prise de la route qui serpente sur les crêtes est vraiment très belle.
    Quelle beauté également du Nugget point et son phare
    streetview ne s’est pas aventuré aussi loin . Vous devez être à ce moment là à l’autre bout du mon de par rapport à Bordeaux.
    La dernière photo décoiffe !!
    Merci pour ce partage !

    Bonne route
    James

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :