Sur la Pacific Coast Higway : de Los Angeles à San Diego

Carnet de voyage – dimanche 24 juin 2018

Revivre deux fois la même journée ! Le rêve de certains, une réalité incroyablement longue pour nous.

Après avoir décollé avec 1h30 de retard le dimanche 24 à 23h nous arrivons à Los Angeles le dimanche 24 à 16h. 

L’impression est bizarre, la mise au point biologique légèrement compliquée, mais nous avons gagné un jour de voyage ! Youhou!!

Pour le reste, tout s’enchaîne une fois de plus plutôt bien. Le fameux passage à la douane américaine ne sera en réalité pour nous qu’un bon moment d’échange avec l’agent sur comment et pourquoi nous voyageons pour un an. Difficile à concevoir pour lui dans un pays où l’on commence l’âge adulte à crédit, pour rembourser études, voiture, santé…

La navette Hertz nous récupère à la sortie du terminal et nous amène directement au parking de l’entrepôt, où notre SUV nous est remis en moins de 10 minutes. La voiture est neuve, et l’assurance est tout compris. Petite surprise sur le prix, une taxe d’aéroport vient s’ajouter ! Nous avons eu un super prix sur internet en fouinant pendant des jours et des jours, cela n’impactera donc pas beaucoup le budget, mais c’est à savoir.

Malgré le retard du vol nous prenons la route rapidement pour le Sud de la Californie, en direction de notre premier camping à Dana point.

C’est parti pour la Pacific Coast Higway ! Nous découvrons les villes balnéaires de Hungtinton Beach et son superbe ponton, Newport Beach et ses villas de luxes (sans oublier l’image de la série du même nom, selon Aurore) et Laguna Beach, ville d’artistes et de criques que l’on aperçoit tout juste depuis la route.

100km avalés rapidement et un burger plus tard, nous sommes tout de même aux US, nous sommes installés pour la Nuit au Doheny State Beach, un camping sur la plage.

Seul échec de la journée, les douches du camping sont payantes et nous n’avons absolument aucune monnaie. Après une double journée de transport de la mort qui tue, c’est quelque peu agaçant…

Au détour d’une entraide, la discussion s’engage avec nos voisines, dont l’installation est bien plus impressionnante que la nôtre. Pour mamie, sa fille et ses 4 petits enfants, c’est le « summer break ». On discute sécurité sociale, année sabbatique et Trump bien évidemment. Un super premier contact avec des américains, qui nous permet déjà d’en apprendre plus sur la façon dont ils perçoivent leur système, et le nôtre. Très envieux de notre situation mais tellement contents pour nous, l’échange se terminera par un « vous voyez les filles, il faut partir étudier et faire quelques années en France ! » ; en effet, ça résume bien la chance que nous avons de pouvoir être ici aujourd’hui.

 

Carnet de voyage – Lundi 25 juin 2018

Dana point n’étant qu’une étape, à 9h nous sommes déjà reparti sur les routes à 1245 voies américaines. Tente pliée en 10mn, nous devrions être relativement efficaces !  

70km nous sépare de San Elijo notre prochain camping au Nord de San Diego.

La matinée est dédiée à l’achat de l’équipement de camping (réchaud, gaz, glacières, vaisselle et…) et aux courses alimentaires chez la célèbre enseigne Walmart. Nous arriverons au camping pour 14h pétante, heure du Check in, avant de s’octroyer une après-midi à ne rien faire bien méritée.

Le camping donne directement sur la plage ou de nombreux surfeurs sont à l’eau, même si la houle n’a rien d’impressionnante. La Californie comme on l’imaginait la voilà. Alors on observe, quelque peu amusés, les énormes caravanes de nos voisins tractées par leur encore plus énorme pick-up, avec le jet ski, les planches de surf, les vélos, bobonne (tout aussi énorme, il faut rester cohérent) et le chien à l’arrière. On les fait rire avec notre tente et notre « cuisine » aménagée dans le coffre, on attire les regards au milieu de cet immense surenchère. Nous, on ne manque de rien, et c’est bien ce qui attise leur curiosité : comment que c’est possible avec si peu ?

 

hormis une balade le long de l’eau, sur une plage sans particulièrement de charme, nous ne ferons rien de plus aujourd’hui et essayons de récupérer les heures de sommeil perdues dans les décalages horaires.

 

Carnet de voyage – mardi 26 juin 2018

Il semblerait que ne rien faire ne nous réussisse pas trop. Bastien a attrapé une insolation, et Aurore une angine. On est au top !

Malgré tout n’étant qu’à 30km de San Diego, il serait dommage de ne pas aller voir ce pourquoi nous sommes venus camper ici.

Nous abandonnons le parc Torrey Pines, à seulement 10mn de notre camping. Mais on vous le recommande ++ si vous avez le temps. C’est un parc de pins, le long de l’eau avec des sentiers de randonnées dont les points de vue du haut de la falaise sur la côte californienne semble valoir le détour.

Nous nous contentons de longer la Pacific Coast Highway et en prenons déjà plein les yeux.

 

Tous nos préjugés sur les états unis semblent vrai, et même en deçà de la réalité… Le surf est omniprésent sur la côte californienne du matin au soir, les voitures sont toutes plus grosses les unes que les autres et notre SUV fait pâle figure (on aurait eu l’air malin en fiat 500…), tout ce qui peut être construit est construit au détriment de la plage souvent. On passe la matinée à réaliser que ce que l’on voit dans les séries et films semblent vrai, et on adore ça. Cette démesure a quelque chose de fascinant, et il faut bien l’avouer, ça nous fait bien marrer…

Nous commençons par les quartiers nord de San Diego et nous arrêtons dans l’un des plus connu, la Jolla. Cette ville en bord de mer attire de nombreux touristes pour ses lions de mers et nous venons vérifier tout cela. Voiture garée à la Jolla Cove nous longeons la côte par la Sea Walk pendant 45mn jusqu’à la Children Pool Beach et admirons pélicans, goélands, mouettes, lions de mers et phoques par dizaine. Un spectacle (et une odeur) incroyable, au milieu de cette ville fourmillante. Malgré le monde, la promenade est assez longue pour que personne ne se marche dessus. Et puis, de toute façon, la marche ce n’est pas trop le truc de nos nouveaux copains américains…

 
 
 

 

Notre arrêt suivant est le San Diego BalBoa park, le parc le plus connu de la ville notamment car il abrite le zoo le plus visité des états unis (vous pouvez également trouver le célèbre et pas moins décrié Sea World sur la route). Le parc s’étale sur de nombreux hectares et il est possible d’y visiter 19 musées. Rien que ça. La surenchère on vous dit !

Vous nous connaissez, s’enfermer dans des musées, ce n’est pas forcément notre truc, en revanche la marche proposée pour découvrir le parc et tous les lieux gratuits ça on est ok.

Après avoir mangé notre sandwich dans le village artisanal hispanique, nous partons pour une balade d’1h30 qui nous mènera devant la Casa Del Prado, un très beau théâtre à l’architecture espagnole, comme tous les bâtiments du parc, le jardin botanique, la Plaza de Panama, qui est la place centrale entourée de nombreux musées, un canyon, des baobabs, un jardin intérieur qui ressemble étrangement à Cordoue, un amphithéâtre et on en oublie.

 
 

 Ce parc est immense et si vous êtes fan de musées, vous pourrez y retourner plusieurs jours de suite sans problème. Pour nous, c’est une très belle découverte surtout lorsqu’on sait que San Diego est la 2e plus grosse ville de Californie derrière Los Angeles, et que le temps de 2h nous n’avons pas du tout eu l’impression d’être dans une ville.

Afin d’avoir un aperçu de la ville, nous reprenons la voiture et partons sur la presqu’île de Coronado qui fait face aux buildings de San Diego. Le passage sur le Coronado Bridge vaut à lui seul le déplacement. C’est la première fois que nous nous retrouvons sur un pont de pareille envergure et la vue est incroyable. Les clichés américains, encore et toujours, on est fan.

Nouvelle pause à Coronado Beach pour profiter de la marina et de la vue sur Les buildings et l’arsenal maritime militaire à seulement quelques kilomètres de la frontière mexicaine (drôle de « hasard » ?).

 

 
 

De retour en centre-ville nous passons devant le Petco Park, le stade de baseball de la ville, puis le vieux quartier, Gaslamps Quarter où les boutiques vintages et restaurants aux devantures originales se côtoient. Un simple passage en voiture nous donnerait envie d’en voir plus à pied mais la fatigue ne nous le permet pas, n’oublions pas que nous sommes malades, et qu’il fait une chaleur étouffante.

La journée se finit sur la plage de Mission Beach, une plage de sable blanc de plusieurs kilomètres qui attire énormément de monde. L’eau est bien trop froide pour nous (20°), mais semble convenir à de nombreux californiens en Summer break.

Nous découvrons les célèbres postes de secours, bouées rouges et pick up des lifeguards d’un côté, parc d’attraction, glace à 10 boules plus chantilly et litre de coca de l’autre.

 

On vous le dit c’était notre journée clichés… et apparemment, ce ne sera pas la dernière !

 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :