Route 66 et Grand Canyon

Carnet de voyage – jeudi 28 juin

Parfois lorsque l’on prépare un voyage minutieusement 1an à l’avance, comme c’est le cas pour la Nouvelle Zélande et les USA, on en oublie certains détails. Et celui du jour est de taille : nous devons parcourir 650 km aujourd’hui jusqu’à notre prochain campement.

Trois fois rien, nous sommes d’accord hein ? Bon Bastien n’est pas tout à fait d’accord, 650 bornes de lignes droites avec comme seule musique la country, c’est quand même pas le comble du fun, mais Aurore l’a promis c’est la dernière fois (enfin, c’est ce qu’elle pensait à ce moment là…).

La chaleur accable le parc de Joshua Tree dès les premiers rayons de soleil, à 6h du matin, nous levons donc le camp rapidement et en profitons pour nous mettre en route. Nous quittons le parc et l’itinéraire du jour est relativement simple : 100km tout droit, léger virage à gauche, 100km tout droit, embranchement à droite et ainsi de suite. Vive la boite auto et le régulateur, on vous le répète.

 

 
 
 

Les paysages se succèdent, toujours différents les uns des autres et nous arrivons au village de Kingman, village ou débute la très célèbre route 66 pour nous.

 

Toute la ville est tournée sur l’histoire de cette route mythique et de sa voie de chemin de fer. Nous déjeunons au parc où une locomotive à vapeur en parfait état est accessible à tout public puis flânons quelques minutes dans le visitor center, si atypique pour nous, complétement américain des années 60/70 qu’il vaut le détour. Et en plus, ils ont un refill d’eau fraiche… wat els, comme dirait l’autre.

C’est parti pour 150km sur cette route mythique avant d’atteindre la ville de William’s. Nous traversons 2 villes qui semblent être figées dans le temps et méritent donc un arrêt photo.

 
 
 
 

Nous croisons quelques groupes de harley et de victoria, cheveux au vent, mais on ne peut pas dire qu’il y ait foule. Si cette route est mythique, cette partie là n’en reste pas moins sacrément droite, ce qui, pour Bastien, motard au quotidien rappelons le, n’en est pas moins ennuyeux.

Même pour Aurore, la route n’a rien d’extraordinaire, les panneaux de l’époque ont disparu et nous n’avons pas vu le fameux écusson au sol. Celui-ci se trouve certainement sur une autre portion de la route, ou plus de touristes doivent s’arrêter…

William’s est la ville à la jonction de la route 66 et du parc du Grand Canyon, autant dire qu’ici par contre, ça brasse du monde ! C’est la ville des cow-boys, des rednecks et des dinner’s des années 60.

 

Pour nous ce sera un arrêt bien mérité autour d’un cookie glacé partagé. Normalement servi pour une personne les 2 cookies séparés par 4 boules de glaces et surmontés de chantilly sont bien trop copieux pour l’estomac d’Aurore. Bastien doit donc se sacrifier pour l’aider… Question de politesse.

Un petit aparté concernant les restaurants et autres dinners aux Etats Unis : ici, on laisse systématiquement un pourboire pour le service, c’est dans les coutumes et ne pas le faire est TRES mal vu. De ce que nous savons, il doit être égale à 10 à 20% de la note. Ne l’oubliez pas ! Cela aura été notre cas, nous aurons réalisé ce point trop tard… Pardon ! 

Le reste de la ville est très tournée vers le tourisme, les boutiques souvenirs se succèdent : chapeaux, bottes, foulards « route 66 » ou encore vente de panneaux prônant le port d’armes à feu. Autre attraction phare, le départ du train pour le grand canyon, 2h30 de balade qui doivent valoir le coup.

Si vous n’avez pu avoir un logement au grand canyon, William’s est une ville étape très attirante. Des shows de rodéo et de tirs sont donnés régulièrement et la ville semble très animée.

Notre camping lui se situe à 100km de là, une dernière ligne droite qui nous sépare du cœur du parc.

 
 

Et c’est donc à 16h, tente montée que nous pouvons enfin souffler et être fier d’avoir parcouru ces 650km dans un temps très correct. En respectant les limitations. Champions !

Difficile de n’être qu’à quelques centaines de mètres du grand canyon au coucher du soleil et de ne pas aller le voir… Nous partons donc vers 18h30 pour découvrir l’incroyable.

Le spectacle est au-dessus de tout ce que l’on peut imaginer et les larmes montent instantanément aux yeux d’Aurore. C’est tellement impressionnant que s’en est indescriptible.

Nous longeons la Rim Trail (l’une de nos prochaines randos) et profitons du coucher de soleil à Yupavai, avant de rejoindre Mather Point et la navette qui nous ramènera au camping avant la nuit noire.

 

Ces 2 premiers kilomètres le long du canyon nous ont bien entendu donné envie d’en voir plus, et ça tombe bien ! Nous restons 2 jours et 2 nuits ici. L’occasion de rencontrer nos autres compagnons de camping pour le reste de notre séjour ici : il va falloir nous habituer à ce qu’un cerf passe au milieu de nos sardines apparemment, cela semble très régulier. Ajoutez à cela d’énormes écureuils, et un bon paquet de très gros corbeaux farceurs. Ces oiseaux sont particulièrement intelligents, et nous sommes prévenus : si ces piafs voient de la nourriture, ils sont capables de retourner complètement un campement pour l’obtenir. Gare à votre pâte à tartiner !

 

Carnet de voyage – vendredi 29 juin

Nuit encore compliquée pour Aurore, qui ne se débarrasse toujours pas de sa crève. Mais l’excitation prend le dessus sur la fatigue et c’est parti pour la découverte du village.

 

Nous longeons le canyon pour profiter des couleurs du matin puis nous traînons dans le visitor center afin de découvrir l’histoire du canyon et de sa vie touristique, un shop d’objets confectionnés par des natifs américains est également présent, et enfin un très beau lookout qui domine le Bright Angel Trail.

 
 

Cette randonnée elle était initialement dans le programme d’Aurore, 13km pour descendre et remonter dans le grand canyon, avec un dénivelé de 1200m, une vraie randonnée qui pique. Sauf qu’il fait 40 degrés depuis hier et qu’il nous est difficilement imaginable de réaliser le trail dans ces conditions tout en en profitant. On discute avec les rangers qui sont de notre avis et qui propose la randonnée sur 2 jours pour éviter de marcher sous la chaleur, chose que nous ne pouvons faire faute de temps. Alors nous choisissons une autre alternative moins accablante, la « randonnée » (qui ne présente aucune forme de difficulté celle-ci) du Rim Trail le long du grand canyon sur 11km pour rejoindre Pima Point pour le coucher de soleil. Le retour est également réalisable en navette à la nuit tombée, ce qui évite de faire le retour de nuit, qui n’aurait aucun intérêt.

Nous partons pour 16h30 de Angel Bright point. La marche est facile, la chaleur retombe un peu et les points de vue sont tellement incroyables qu’on s’arrête tous les 500m. D’ailleurs à faire trop de pause, on prend peur sur l’avant dernière étape et prenons la navette pour gagner 1,6km. Finalement nous arrivons avec 30mn d’avance sur le coucher de soleil et profitons de ce moment unique où les couleurs du canyon changent à une vitesse incroyable. Un point de vue en amont vous permettra même, si vous êtes chanceux et dans une saison propice, d’observer les grands vautours qui peuplent ces falaises.

 

Carnet de voyage – Samedi 30 juin

Après 2 couchers de soleil, il fallait bien rééquilibrer les comptes et programmer un lever de soleil.

Le réveil pique à 4h30 mais nous sommes en place à Mather Point à 5h, 16mn avant l’Aurore.

Il y a beaucoup (beaucoup) de monde, à notre grand étonnement et ça piaille un peu dans tout les sens. Mais le moment reste quand même magique.

 
 

Un cliché de plus au compteur : certaines femmes seules ou avec leurs enfants partagent le moment via Skype avec leurs maris militaires déployés à l’étranger…

Dans la matinée, nous quittons le parc par sa sortie Est, la route de Desert view 64. Encore de nombreux arrêts pour découvrir l’autre partie du Canyon et finir par la tour de Desert viewpoint construite en 1932 et toujours impeccable. C’est par cette dernière vue sur la rivière Colorado que nous terminons notre passage dans ce parc.

 
 
 

La découverte du Grand Canyon est un moment magique qui ne rend absolument pas (et nous en sommes navrés) en photo. C’est 10 fois plus beau, 10 fois plus grandiose, 10 fois plus incroyable, et 10 fois plus de superlatifs différents. 

 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Une pensée sur “Route 66 et Grand Canyon

  • 2 septembre 2018 à 1 h 19 min
    Permalink

    J’ai moi aussi eu un gros coup de coeur pour le Grand Canyon, c’est un endroit magique, il faut vraiment le vivre et y aller au moins une fois dans sa vie!

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :