Los Angeles & ses Quartiers

Avant de rejoindre Hollywood où nous dormirons quelques nuits, nous finissons notre journée le long de l’incontournable Venice Beach.

Les canaux de Venice sont vraiment à ne pas manquer : nous y avons trouvé la maison de nos rêves ! Bon, niveau budget, il va falloir négocier sévère avec nos banques, mais tout y est. L’accès à la plage, le canal pour rentrer du boulot en canoé, le style architectural, le calme… Un petit coin de paradis pour quiconque à quelques dizaines de millions en trop.

 

height= »3456″ alt= »
height= »3456″ alt= »

De là, nous rejoignons en quelques minutes à pieds Venice Beach ; plus question de bouger la voiture, il est ici relativement difficile de trouver une place gratuite dans le quartier. Pour cela, passez derrière les canaux de Venice, et arpentez les dédales de rues perpendiculaires jusqu’à trouver votre bonheur, tout en veillant au marquage au sol… Les voiturettes de la police tournent non-stop.

height= »3456″ alt= »

Graffeurs, skateurs, joueurs de basket-ball, ou de tennis, bodybuildeurs, green doctors (entendez par là les vendeurs d’herbe légaux), surfeurs, rappeurs de rue… Tout y est.


Nous resterons scotchés devant une fillette de 8 ans en pleine démonstration dans le fameux skate park de la plage : il semblerait que oui, les futurs talents mondiaux naissent bien ici.

Nous revenons ensuite par la boardwalk, ou vendeurs de tout mais surtout de n’importe quoi se succèdent. Le contraste avec la richesse des canaux de Venice est flagrant, une foule de sans abris a pris possession des lieux, et cette partie là est bien moins « dorée » ; c’est ici tout le contraste des Etats Unis sur quelques dizaines de mètres.

Venice nous a vraiment conquis et nous sommes pour le coup quelque peu attristés de ne pouvoir y passer plus de temps, mais nous devons nous rendre chez Julie, une couchsurfeuse cinquantenaire qui a acceptée de nous héberger pour les 3 prochaines nuits en plein cœur d’Hollywood.

Dès notre arrivée chez elle, à quelques mètres du strip et des fameuses étoiles de stars, nous avons bien conscience d’être tombés sur une perle et que notre séjour allait prendre une toute autre tournure que si nous avions trouvé un quelconque motel à la sortie de la ville.

Son ami, Ken (oui, mais non, pas celui auquel vous pensez…) est présent pour quelques jours, et s’invite rapidement pour venir diner avec nous en ville. On accepte bien entendu, et nous le suivons après avoir été à la piscine de la résidence.

Ken décide à notre grande surprise de nous inviter au restaurant lors de l’addition venue, et c’est forcément assez gêné que nous acceptons. Décidément, quel accueil, pour nous qui étions déjà quelque peu mal à l’aise à l’idée de pratiquer le couchsurfing…

C’est l’occasion rêvée de pratiquer un peu notre anglais, et Ken a l’air enchanté de passer ce moment avec deux frenchies, à échanger sur nos pays respectifs, alors que Julie a dû s’absenter pour aller travailler ce soir.

On passe un accord : dimanche, nous prenons les commandes des fourneaux pour leur préparer un déjeuner typiquement français en guise de remerciement. Ils ont l’air enchanté de l’idée, mais nous allons devoir relever le défi, ils ont une image toute particulière de la gastronomie à la française !

 

Au loin, les fameuses lettres..Ken nous explique qu’elles ne sont pas éclairées la nuit faute d’argent de la municipalité , on ne sait si on doit rire ou pleurer, Ken lui trouve cela hilarant.

Notre séjour à Los Angeles se poursuit par une journée hors du commun pour nous. Aujourd’hui, nous nous faisons un cadeau onéreux et hors du commun, chose relativement rare depuis notre départ : une journée à Universal Studio Hollywood. Bastien est content de pouvoir voir des studios de cinéma et Aurore sautille de joie dès qu’elle apprend que toute une partie du park est dédiée à…. Harry Potter.

 




 









Difficile de vous décrire la journée, mais nous pourrions la résumée en un mot : géniale. C’est une version « Disneylandisée » des films de Universal Studio. Cela change également de nos attractions à sensation forte puisque la quasi-totalité des attractions sont virtuelles. Pas de looping mais des séances de réalité virtuelle incroyables, et une immersion parfaite dans les différents univers proposés.

Nos coups de cœur reviendront immanquablement à l’attraction dissimulée dans Poudlard en version 4D, et à la revanche de la momie pour la partie adrénaline. L’ensemble des décors, files d’attentes et bandes sonores sont réalisées par les plus grandes équipes qui travaillent à la réalisation des blockbusters de demain, et qui œuvrent dans l’enceinte même du parc.

En bonus, il ne faut absolument pas manquer à la sortie d’Universal tout le « village » composé de boutiques, de restaurants, de cinémas, et d’activité en tous genres. Une scène ouverte est même animée en permanence en plein cœur, ou les talents de demain viennent proposer leurs chorégraphies Hip-Hop et autres futurs tubes. Rien que cette artère mérite qu’on s’y attarde quelques heures jusqu’à la nuit tombée. Vous pourrez ensuite retourner dans l’enceinte du park pour profiter d’un show nocturne, mais nous sommes rentrés avant ce dernier.




En une journée, nous aurons eu le temps de visiter l’ensemble du park, de faire toutes les attractions, et de profiter des différents shows proposés à heures fixes.

 

Et puis, comme toutes les bonnes choses ont une fin, notre dernière journée ici est arrivé.

Comme prévu, nous cuisinons pour Julie et Ken et y passons une bonne partie de la journée. Un menu simple mais de chez nous qui aura nécessité quelques adaptations de recettes : Poulet basquaise, gratin dauphinois, côte du Rhône et tarte au pomme. Comme à la maison, et ça, ça fait du bien ! Julie et Ken sont ravis de ce repas, qui conclut une série de très bons moments en leur compagnie.

Après avoir bouclés nos sacs, nous partons pour finir à la découverte du Walk of Fame qui situé à seulement 50m de notre hébergement, puisque Julie réside juste derrière le Dolby theater (le même qui accueille les oscars chaque année, pour vous situer l’endroit).






Nous marchons la tête baissée vers les étoiles et finissons notre découverte face au Chinese Theater, où se trouvent toutes les empreintes des stars de cinéma.

 

Loin de l’ambiance de Vegas, le « calme » du cœur d’Hollywood nous a un peu déçu. C’est à voir, certes, et cela fait partie des incontournables pour toute l’extravagance qu’on y trouve, mais cette rue n’a en soit rien d’incroyable. La fatigue l’emportant, nous n’irons finalement pas jusqu’au Griffith Observatory qui mérite parait-il le coup d’œil à la tombée de la nuit, mais nous nous contenterons de grimper sur un point de vue situé juste derrière notre résidence, histoire d’apercevoir une dernière fois la côte californienne.

Il est temps pour nous de dire au revoir à Julie, et de lui offrir toutes nos affaires de camping ; nous n’avons pas trouvé comment les vendre, et avons donc proposé à notre hôte qu’elle se serve et amène ce dont elle n’aura pas d’utilité aux plus démunis de la ville, et ils sont nombreux ; une fois de plus, c’est tout le contraste de ce pays. Ceux qui ont tout côtoient ceux qui n’ont rien.

 

Les sacs sont bouclés, demain nous reprenons notre vie de « backpackers » en direction d’une nouvelle destination de rêve : à nous le Mexique !

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :