Les Visayas: Siquijor

Carnet de voyage du 16 au 19 mai 2018

Après avoir passé 5 nuits comme à la maison, il est l’heure de quitter Georges et Christine. L’unique bateau pour Siquijor est prévu à 10h20, c’est donc pour 9h que nous nous rendons au port de Tagbilaran en tricycle, sur les conseils de nos hôtes (qui auront négociés les prix pour nous en amont). L’attente est longue au guichet mais les employés sont malgré tout efficaces et toujours aimables face à nos incompréhensions. Le speedboat part, une fois de plus pour nous, à l’heure et il est à peine midi quand nous arrivons sur notre nouveau lopin de terre.

Le prix des tricycles est fixe selon l’hôtel auquel vous résidez, nous vous conseillons donc de réserver à l’avance votre venue à Siquijor (c’est bien rare de notre part ce genre de conseil…), pour nous ce sera le Coral Cay Resort où Elo et Ben ont dormi lors de leur passage. Un couple de backpackers en recherche de transport souhaite se rendre quelques kilomètres plus loin que nous, ce qui nous permettra une fois de plus de partager les frais de tricycle pour les 30 minutes de routes chaotiques qui nous attendent.

Le besoin de repos l’emportant une nouvelle fois sur tout le reste nous passons la journée à dormir, à profiter de la piscine et à admirer l’un des plus beaux couchers de soleil depuis le début de notre voyage (attention Koh Lanta, ta place est menacée…).

    

L’île de Siquijor s’avère bien plus grande que nous le pensions, et sans scooter il sera difficile de se déplacer vers tous les points d’intérêts de notre liste. Il est à savoir que certains voyageurs optent pour la location dès l’arrivée au port de Larena. Une solution intéressante si le chargement des bagages ne vous effraie pas, mais pour nous qui repartons du port de Siquijor, ça aurait été une perte d’argent, de temps et un sacré bazar avec nos sacs chargés à fond.

Pour notre 2e journée nous louons donc un scooter et partons déjeuner à U story, un magnifique Resort haut de gamme conseillé par nos amis de passage quelques jours avant. Le restaurant, tenu par un chef français, (cocorico), propose des plats élégants, copieux, délicieux et quasiment au même prix que les autres restaurants. Mais disons le, le vrai plus de cette adresse, c’est son cadre exceptionnel : une fois votre repas terminé, vous pouvez passer quelques heures à profiter du mobilier de jardin disposé à flanc de falaise, avec accès à l’océan, douches, et même une micro-piscine.

     

Avant de rentrer, nous nous arrêtons à la cascade de Lugnason. Un très beau moment partagé avec les « gamins » du coin qui nous en mettent plein la vue avec leurs acrobaties réalisées à 6-7m (voir bien plus) de hauteurs. L’eau est pure, chaude, et fait beaucoup de bien après la baignade dans l’eau salé de U Story ! Décidément, c’est le combo parfait…

Le dernier objectif de la journée est de trouver un club de plongé plongeant sur les tombants de l’île d’Apo, dont beaucoup de plongeurs nous ont fait les éloges. Seuls 2 des clubs de l’île s’y rendent régulièrement car cela représente un certain temps de trajet ; pour nous, le choix n’a donc pas été bien difficile…  

Le rendez-vous est cette fois-ci plus, matinal, 7h au club situé à quelques kilomètres de notre logement. Nous nous y rendons en scooter, mais il peut être bon de savoir que certains clubs proposent de faire la navette pour vous. 1h30 de navigation plus tard nous arrivons au large de Apo Island.

Au programme, ce sont à nouveau 2 nouvelles dérivantes (quelle bande de feignasses décidément…). Ces plongées ne nécessitent que peu d’effort, le bateau venant vous chercher directement à la fin du courant, et sont donc généralement plus longues que des plongées standards. Ce sont 2 très belles plongées, mais l’instructeur ne nous aura cette fois-ci absolument pas mis en confiance, et sera resté très peu communicatif. Pas mal d’incohérence de sa part nous aurons préoccupés une bonne partie des plongées, nous empêchant d’en profiter pleinement. De retour au centre à 15h, nous rentrons rapidement pour profiter de la piscine et du coucher de soleil, encore une fois. 

Faute de place et à notre grand désespoir, nous ne pouvons rester à Coral Cay et n’avons trouver aucun logement libre dans notre budget. Nous décidons donc de partir dès le lendemain après avoir partagé un dernier repas avec Megane et David présents sur Siquijor en même temps que nous.

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :