Welcome to Vegas

Carnet de voyage – samedi 7 juillet 2018

 Aujourd’hui, la fortune nous attend : direction LAS VEGAS !

 

Grâce à l’ombre que proposent les énormes rochers dont disposent le campground de Zion, c’est grasse matinée ! Nous en profitons pleinement, et ne prendrons la route qu’en milieu de matinée. Un vrai luxe dont nous avions probablement besoin… Malgré tout ce que l’on peut dire, la vie en itinérance, ça fatigue !

 

L’idée aujourd’hui est de prendre tout notre temps, notre chambre d’hôtel n’étant disponible qu’à partir de 15h. C’est la journée idéale pour emprunter nos itinéraires bis-bis favoris ! Direction la Valley of Fire, située à une trentaine de kilomètres de la route principale. Mauvaise surprise à l’entrée du park, ce dernier n’entre pas dans notre pass, c’est un parc régional et non national (…). L’entrée est donc de 10$. Soyons fou et allons-y, de toute façon nous avons prévu de nous refaire aux machines à sous quelques heures plus tard.

Ce parc s’avère être une très jolie surprise : des palettes de couleurs très variées sont visibles dans les roches, et cela donne des paysages hors du commun. Il fait ici plus de 110 degrés fahrenheits, et il est donc peu agréable de rester plus de quelques minutes à l’extérieure de l’habitacle, mais la route qui mène de point de vue en point de vue est superbe, et nous n’avons pas besoin de nous lancer dans de grandes randonnées pour en profiter pleinement. Au total, nous mettrons environ 2 heures pour parcourir l’ensemble du parc en voiture, avec de nombreuses mais courtes pauses sur les différents view-points.

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 Après cette jolie découverte, nous reprenons la route en direction de Vegas : très rapidement, d’impressionnant buildings sortent du désert et nous nous retrouvons dans un paysage urbain bien différent : une oasis de luxure au milieu… de rien. Au loin, nous apercevons d’ores et déjà la célèbre et emblématique stratosphère, comme un phare au milieu d’un océan de sable.

 

Les grandes enseignes que nous nous attendions à rencontrer apparaissent : Excalibur, New York New York, Bellagio, Paris et bien d’autres… Tout est là.

Pour des raisons parfaitement économiques, notre motel se situe lui de l’autre côté de la voie rapide ; un peu déçu au début de la localisation que nous imaginions tout de même un peu plus sympa, nous nous rendons compte que nous ne sommes en réalité qu’à 10minutes de marche du Strip, la célèbre rue de Vegas. Ce qui nous console encore plus, c’est que notre motel, comme tout bon motel, et bien il a une piscine ! Et ça, lorsqu’il fait plus de 40degrès, ça change tout !

photo booking – Days Inn By Wyndham

Il est 19h et nous ne sommes toujours pas passés sous la barre des 40 degrés quand nous nous décidons tout de même à aller voir jusqu’où les américains sont capables d’aller dans la démesure. Et nous n’allons pas être déçus…

Dès nos premiers pas dans le casino le plus proche, l’Excalibur et son château (oui, son château, de type château fort…), nos yeux scintillent.

 

Depuis toujours, on s’imagine ce que peut être Vegas grâce aux films et séries, mais c’est encore plus fou, plus grand, plus insensé que ça. Des machines par milliers, des tables de jeux en permanence pleines, des animations en tous genres, des chanteurs a capella, une foule grouillante et ininterrompue… Nous passerons 4h à découvrir et parcourir le strip et nous n’entrerons pourtant que dans quelques-uns des casinos… Il y a ici de quoi perdre la tête !

 

   
      

L’incroyable New York New York nous plonge sur la côte Est, avec sa statue de la liberté et le pont de brooklyn. De son côté, le Bellagio rivalise avec son spectacle aquatique son et lumière, son plafond en fleurs de verres, son jardin botanique et son dédale de couloirs (ou nous nous perdrons. 2 fois).

 
 
 

Le Paris n’a pas à rougir, grâce à sa Tour Eiffel dont la base atterrie dans le casino lui-même, au milieu d’un quartier de Montmartre recréé.

De son côté, le Flamingo joue sur son côté rétro puisqu’il est le plus vieux casino de la ville.

Et puis il y a le Caesar palace ou se produit encore Céline, dont la photo est visible à tous les coins de rue.

Niveau boutiques, M&Ms et Coca Cola world côtoient des boutiques de luxe par dizaines, au milieu des salles de spectacles, aquariums, zoo, fêtes foraines… et on en oublie !

Une part de pizza monstrueuse nous fait office de diner et nous finissons la soirée en jouant quelques dollars dans les machines à sous.

Malheureusement les pièces ont disparu, et on joue directement nos billets de 1$. Lorsque l’on gagne (non, ce n’est pas notre cas), fini la chute de pièces dans le seau, les machines impriment un ticket type parking, indiquant le montant remporté. Une déception pour nous qui espérions avoir un peu de folklore à ce niveau-là, mais qui semble d’une autre époque.

Le nombre de joueurs autour de nous est quant à lui incroyable… Certains semblent ne pas avoir dormis depuis plusieurs jours, un cendrier plein posé sur l’accoudoir, un verre de scotch dans la main, et les yeux perdus dans les pixels… C’est à la fois fascinant mais aussi un peu déroutant ; certains endroits ne respirent finalement pas tant la joie de vivre que cela…

Nous quittons les casinos sur les coups de minuit, alors que le street ne désemplit pas, et qu’elle prend un nouveau visage. Entre propagande pro-Jésus, familles, dealeurs, travailleuses de nuits, sans abris, touristes, manifestations contre le racisme d’hommes encagoulés… Tout ce « beau monde » est mélangé et déambule dans la rue la plus animée qu’on ait vu de notre vie.

Nous rentrons contents d’avoir découvert cet univers mais une soirée nous suffit, la démesure est comme on l’imaginait, incroyable et étouffante.

 

Carnet de voyage – dimanche 8 juillet 2018

Climatisation oblige, nous profitons au maximum de notre nuit dans une vraie chambre jusqu’au bout et ne décollons qu’à 11h. Pour finir de découvrir las Vegas, nous décidons de traverser le strip en voiture pour rejoindre Dowtown, le vieux Las Vegas avec ses chapelles de mariage, ses tout premiers casinos et son ambiance rétro. Nous ne faisons qu’y passer en voiture, mais cela vaut vraiment le détour, c’est une ambiance vraiment particulière.

 
 
 
C’est dimanche, il est midi et donc l’heure du brunch. On décide de tester LA chaîne des USA, Denny’s. Un franc succès mais bien trop copieux et gras pour nous, la digestion risque d’être difficile pour nos estomacs qui sont endurcis à d’étranges nourritures de rue, mais qui ne sont plus habitués à de telles quantités, et à autant de calories.

Nous retraversons le strip dans l’autre sens et découvrons la ville de jour, toujours aussi vivante et grouillante. Les casinos que nous n’avons pu voir sont nombreux, on reviendra ! Enfin si on se sort vivant de la suite de notre périple, direction Death Valley.

 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :