La vallée sacrée , sur les traces des Incas.

Carnet de voyage : Jeudi 18 et Vendredi 19 octobre 2018

 

Après avoir arpenté les rues de Cusco dans tous les sens et fait le plein de sucre, Aurore a rapidement tourné en rond et il est venu le moment d’avancer malgré notre petite forme, puisque Bastien se remettant ce fut au tour d’Aurore d’avoir une baisse de régime. L’altitude n’est pas un mythe, il peut rapidement jouer sur l’organisme, et ce malgré toutes les précautions.

 

Au nord de Cuzco s’étend la vallée sacrée, connue pour ses sites archéologiques exceptionnels et parfaitement préservés. Au coeur de celle-ci passe le train qui relie Cuzco au Machu Picchu ainsi que le treck de l’inca permettant également d’atteindre la 7e merveille du monde.

La vallée sacrée s’articule autour de 4 sites touristiques , tous inclus dans le boleto turistico partiel, à 70soles (20€). Depuis quelques années Cuzco a créé ces boletos turistico et le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas à l’avantage du touriste…

Le boleto turistico complet comprend les 4 sites de la vallée sacré, 4 sites secondaires plus petits et très proches de Cuzco explorables en une demi-journée à pied, ainsi que les 4/5 musées de la ville pour 130soles. Il est valable 10 jours.

 

Les boleto turistico partiels sont eux à disponibles 70 soles, et intègrent soit la vallée, les musées ou les sites proches de Cusco et ne sont valables que 1 à 2 jours. Dans tous les cas, ces billets sont à prendre à l’office de tourisme, ou vous récupérerez de précieuses informations pour faire votre choix par la même occasion.

C’est donc assez fatigués que nous commençons notre découverte de la vallée sacrée par le village de Pissac, en sachant que nous serons obligés d’enchainer avec les autres le lendemain, sous peine de devoir repayer un boleto partiel.

 

Dès notre arrivée à Cusco nous avons été prévenu, la taxi mafia fait loi pour l’accès aux sites et augmentent sacrément l’addition de votre journée. Les agences de Cusco proposent la découverte des 4 sites sur la journée pour 70soles par personne et même si cela est une sacré somme, c’est malheureusement la seule solution viable si vous êtes limité dans le temps.

 

Mais si comme nous vous avez choisi de prendre le temps, et avez beaucoup trop d’orgueil, voici quelques conseils suite à notre expérience en « autonomie » :

Pour se rendre à Pissac rien de plus simple, des collectivos partent à tout heure non loin du marché Wanchaq (voir plan de l’office du tourisme). Pour 4 soles par personne vous serez en 30mn au charmant village de Pissac. Jusqu’ici donc, rien de bien difficile !

Pour nous, c’est jour de marché artisanal. Nous le savions car il a lieu les mardi, jeudi et dimanche mais n’imaginions pas qu’il serait aussi étendu. On flâne avant la cohue des bus de touristes qui ne tarderont pas mais n’achetons rien, car il semblerait que cela soit moins cher en Bolivie. Clairement, la plupart des stands ici sont tournés vers le tourisme, et non vers les locaux.

 
 
 

Les restaurants autour de la place sont de ce fait réellement hors de prix pour le pays : nous trouverons notre menu du jour à 5soles dans une petite ruelle éloignée. Pas le meilleur mais il fera l’affaire… Il nous aura fallu tourner un moment tout de même avant de tomber chez cette petite famille.

Puis il est temps de partir explorer le site de Pissac situé au-dessus du village. Carlos, notre hôte nous a parlé d’un collectivo pour s’en rapprocher. Les locaux sur place nous parlent eux plutôt de Taxi, bizarrement…

30 soles pour 8km. Nous vous laissons donc imaginer nos têtes… Nous voici donc en bord de route, confiants, espérant tomber sur un minibus ne pouvant nous refuser. 5mn plus tard un combi conduit par un adolescent et plein à craquer de locaux s’arrête et accepte de nous amener à l’intersection de la route et du parc pour 2soles chacun. Il aura fallu feinter les taxis, mais finalement l’opération aura été relativement facile ! De quoi échanger quelques mots et sourires avec les locaux, surpris de nous voir emprunter ce moyen de transport si « local ».

 

L’intersection se situe à 1,5km et 100m de dénivelé positif du site, tandis que si nous étions parti du village nous aurions eu 4km à parcourir et 500m de dénivelé positif à faire pour atteindre le haut de la cité. Nos copines des ptispoissonsenvadrouille ont mis 2h à partir du village. Si notre forme nous l’avait permis nous aurions également pris cette option, mais comme dit l’adage, qui veut voyager loin ménage sa monture… Etant nos propres montures depuis maintenant plus de 9 mois ; NOUS CONFIRMONS.

 

Juste après avoir validé nos boletos touristico à l’entrée du site, le déluge s’abat d’un coup. Le moral est au plus bas et nous n’avons pas encore commencé notre visite. Heureusement pour nous, il ne s’agit que d’une averse de 20mn et le reste de l’après-midi sera correct.

Le site de Pissac est très étendu et plusieurs chemins sont possibles. Comme à notre grande habitude, nous commençons par nous tromper de voie avant de trouver le bon chemin, celui qui mène au village en passant par la plupart des ruines.

           

La promenade est très agréable et la vue sur la vallée sacré incroyable, malgré le temps maussade. On découvre différentes ruines incas, aux styles et aux spécificités très différentes. Sur notre droite, une montagne creusée de centaines de trous : il s’agit là du cimetière incas, où de nombreuses momies bien conservées ont été retrouvées.

 

 
 
 
 

En prenant notre temps, nous mettrons 3h pour rejoindre le village et l’effervescence du marché, arpentant l’ensemble des chemins, marchant sur la crête, et redescendant par le chemin le plus long. Une fois en bas, nous trouverons rapidement un Combi pour revenir sur Cusco pour notre dernière nuit. 

 

Le Boleto turistico partiel n’étant valable que sur 2 jours consécutifs, aujourd’hui, nous partons pour les autres sites, et nous dormirons à Ollantaytambo ce soir. Nous confions nos sacs à Carlos et ne prenons que le minimum pour 3/4jours, histoire de partir légers pour les randos et transports qui nous attendent.

Notre première étape est le village de Chinchero. Nous y arrivons un peu tard car nous avons pris le temps avant de partir de passer envoyer un colis pour la France. Encore un collectivo pris à l’ouest de Cusco pour 6 soles par personne et 50mn de trajet. Un peu d’attente, histoire de remplir le minivan, et nous partons.

Le combi nous dépose en bas du village, on retrousse nos manches (de pantalon) et c’est reparti pour la grimpette. On vous rassure rien de bien difficile mais nos corps ne sont toujours pas au top de leur forme. Après avoir poinçonner nos billets, une jeune femme nous indique le chemin à suivre. On se perd un peu dans le pourtant simple dédale de ruelles et tombons sur un atelier de tissage où une petite fille joue et tente de nous vendre quelques babioles. Nous entrons et profitons du lieu désert pour éveiller notre curiosité en regardant les teintures pour la laine, l’élevage de cochon d’inde au fond, le métier à tisser avec un ouvrage en cours et toutes les pelotes et les tissus exposés dans la cour. Au vu de la disposition du lieu, des ateliers organisés par les tours opérateurs de Cusco ont surement lieu ici. Au moment où nous y sommes, il n’y a pas un chat, et le seul accueil que l’on nous réserve, c’est le fœtus de lama dans un bocal au-dessus du porche d’entrée (oui, une coutume ici, censée porter chance et prospérité lors de la construction d’une maison…).

 
 
 
 
 

On arrive ensuite sur la place de l’église. Un marché artisanal à même le sol est installé tous les jours. Sur notre droite se trouve l’église et le clocher. Atypiques car séparés l’un de l’autre, et l’église est entièrement peinte à l’intérieur, des boiseries du plafond aux murs, tout est orné de peintures d’une grande délicatesse.

 
 
 

 

De retour sur la place, on se dirige sur notre droite où se trouvent les terrasses agricoles de l’époque inca et quelques autres vestiges. La vue est belle mais le site n’a rien d’exceptionnel pour son côté archéologique.  

Il semblerait que ce soit plus pour l’architecture des maisons et de l’église, toutes blanches, que Chinchero attire les curieux.

Petite curiosité, les énormes blocs de roches scultés pour s’adaptés les uns aux autres qui forment les niveaux des terrasses agricoles.

C’est une jolie découverte et nous profitons de ce petit village pour manger notre menu du jour avec les locaux, une nouvelle fois.

Pour la suite des sites du boleto, nous savons que cela va être un peu plus compliqué… Là, il n’est plus question de collectivos. Depuis Chinchero, des taxis nous accostent pour nous proposer de nous emmener voir les sites pour 80soles.

Un prix exorbitant pour les quelques kilomètres que cela représente et le niveau de vie ici. On décide alors de faire confiance à Carlos qui nous a indiqué devoir prendre un bus pour « Desvio » et ensuite pouvoir prendre des collectivos pour Moray et Les salineras de Maras. Nous arrêtons le premier bus qui passe pour lui demander de nous amener à Desvio. Pas de souci pour celui-ci, un car de touristes vide, flambant neuf, accepte de nous déposer au bon endroit après 40mn de trajet pour 3soles par personne. Déposés à l’intersection, des dizaines de taxis et collectivos attendent le client. S’en suit de longues discussions entre le collectivo qui nous demande 6soles par personne par trajet soit 48soles pour nous deux au total, pour les 2 sites et retour à Desvio où nous devrons ensuite reprendre 2 collectivos, un jusqu’à Urumbamba, puis un 2e jusqu’à Ollantaytambo. Sachant que les collectivos n’attendent pas sur les sites, nous ne savons pas combien de temps cette option nous prendrait mais certainement trop pour pouvoir ensuite faire le site de Ollantaytambo avant sa fermeture. La 2e option est le taxi.

Les négociations commencent à 70soles, rapidement nous descendons à 50 quand un taxi dépose devant nous 2 canadiens qui nous disent arriver d’Ollatantaybo. Aurore, part rapidement à l’assaut de leur chauffeur pour lui proposer de ne pas rentrer à vide et de nous faire faire leur trajet inverse. Les négociations ne sont pas faciles mais à force d’acharnement et face à notre hésitation de ne faire que Moray en collectivo si il n’acceptait pas notre prix, l’homme cède pour 45soles.

C’est donc assez satisfait de notre négociation que nous partons pour les Salineras de Maras.

 

L’entrée n’est pas inclus dans le boleto turistico mais les 10soles demandées en valent cette fois-ci la peine. Ces marrés salants à flanc de montagne sont atypiques, et ont quelque chose de très esthétique. Le soleil nous accompagne ce qui ne fait qu’améliorer le spectacle. 30mn suffisent à faire la petite marche sur les hauteurs des marées et à comprendre leur principe d’irrigation.

   

Notre chauffeur nous amène ensuite à Moray, site archéologique incas où des expérimentations agricoles étaient pratiquées. 3 cercles de terrasses agricoles sont visibles et encore en bon état. Le tour des 3 nous a pris 20mn.

 

 

Il est déjà 15h quand nous finissons les 2 sites et notre chauffeur nous amène jusqu’à Ollantaytambo comme prévu, au pied du site archéologique pour pouvoir le voir avant sa fermeture et la fin de validité de notre boleto turistico. Avant de partir, notre chauffeur n’hésitera pas à nous faire un scandale pour nous réclamer plus que ce qui était prévu. Il en faudra plus pour nous intimider, ce n’est pas le premier qui tente…

Le soleil nous a quittés sur la route et c’est sous une pluie fine et un site pleins de visiteurs que nous commençons notre visite. Rien qui ne nous enchante mais nous faisons quand même le circuit complet en environ 1h. Pour nous, l’intérêt du site réside dans ses vues sur les montagnes et autres constructions à flanc de falaise alentours et sur le cœur de la vallée sacré.

 

   

La forteresse est bien abimée, le temple du soleil au sommet est à peine visible mais quelques murs incas restent impressionnants. Nous déplorons que le site ne soit pas mieux protégé des touristes, qui n’hésitent pas à sauter de pierre en pierre et à escalader ces vestiges si précieux.

Après notre visite, nous cherchons un logement et trouverons une chambre double basique mais correct chez Mi Legado, avec une cour interieure et une jolie vue sur les montagnes. De quoi nous reposer et récupérer un peu plus avant la suite, qui s’annonce éprouvante.

La pluie devient de plus en plus forte et notre diner se résumera à quelques empanadas et patisseries de la plus proche boulangerie. Le repos du guerrier avant l’une des étapes les plus importantes de notre voyage…

C’est parti pour le Machu!!!!

A bientot

Aurore & Bastien

 

Infos voyageurs:

  • Boleto Turistico partiel 18€ par personne
  •  Collectivo Pisco Aller/retour 2,60€ par personne
  •  Menu du jour Pisco 1,80€ par personne
  •  Collectivo pour Chinchero 1,70€ par personne
  •  Bus pour desvio 0,75€ par personne
  •  Taxi de Desvio à Ollantantaybo en passant par les salineras et Moray – 12€ pour 2
  •  Entrée Salineras 2,60€ par personne
  •  Nuit Mi legado 10,50€ la chambre double privée, salle de bain commune. Eau chaude et wifi dans une maison de famille avec patio interieur et vu sur la montagne.

 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :