La Great Coast Road

Nous décidons de revenir sur la côte ouest en passant par le lac Brunner, où nous ferons notre pause déjeuner.

 
 

La suite du programme est moins palpitante : si vous êtes d’avides lecteurs de nos billets, vous vous souviendrez peut-être que nous avons acheté un « converteur » pour nous permettre de recharger ordinateur et batteries de l’appareil photo sur l’allume cigare du campervan. Malheureusement, le chargeur de l’ordinateur a grillé dès les premières utilisations et ne semble plus du tout fonctionner . On s’arrête donc dans la petite ville de Greymouth qui ne compte pas moins de 3 boutiques d’informatique mais aucune ne pourra nous sauver… Pas les mêmes normes, le problème risque de durer quelques temps…

La seule solution annoncée est l’achat d’un chargeur d’ordinateur universel qui coûte 3fois plus cher qu’un chargeur Lenovo standard. Forcément, dans notre situation, nous ne pouvons-nous contenter de commander quelque chose sur internet et attendre qu’il arrive depuis l’Asie. Nous nous laissons quelques jours et le temps de croiser de plus grandes villes avant cet achat conséquent.

Depuis Greymouth il ne nous reste que 40km avant le free camp de ce soir. Le temps de faire la vidange/remplissage du Van. Petit détail, après avoir rencontré 3 dump station différentes, nous ne trouvons pas d’eau potable, et les seules sources d’eau croisées sont largement déconseillées y compris pour la douche et la vaisselle.

Pas la meilleure des journées pour nous donc, mais pas de quoi nous apitoyer sur notre sort.

 

Nous la finissons donc par la balade des Punakaiki Pancakes, et là on retrouve le sourire ! Ces formations rocheuses au bord de l’Océan sont assez incroyables. Les couleurs du coucher du soleil rendent l’ensemble vraiment splendide.

 

 

 
 
 

On profite du bruit de ces brumisateurs géants créés par la puissance des vagues et rentrons tranquillement vers notre campement avant la nuit, un freecamp à l’entrée de la ville. Nous garons le van les roues dans le sable, face à l’océan. Le contraste avec la Nuit de la veille est saisissant.

Carnet de voyage – vendredi 8 juin 2018

Ce matin, c’est le doux bruit des vagues qui vient nous extirper de notre sommeil. Quand on vous dit que c’est pour ce genre de moment que nous voyageons autour du monde…

Pouvoir passer de la montagne à la mer en l’espace de quelques heures est une liberté absolue qui nous rend vraiment heureux. Nous attendions avec impatience la vie en Van, et nous sommes loin d’être déçu de ce qu’elle nous offre. Nous adorons !

Lorsque nous nous sommes stationnés avec les derniers rayons du soleil la veille au bord de l’Océan, Aurore a fait la rencontre d’un drôle de personnage, du genre grosse poule toute ronde ne volant pas.

Forcément, au pays des kiwi, elle a tout de suite pensé à eux. Mais le fait que l’animal ne soit absolument pas peureux et vienne nous voir fait bien douter Bastien, pour qui le kiwi semblait plus… « poilu ? ». Après recherches, nous avons notre confirmation : amusés mais un peu tristes, nous vous présentons son proche cousin : le WEKA. Curieux et territorial, ce drôle d’animal est très présent à travers toute la Nouvelle Zélande. Pour vous dire, les mahoris s’en servaient déjà comme animaux de compagnie.

 

Après le désormais traditionnel petit déjeuner pancakes, la journée peut une nouvelle fois commencer. Seulement 60 kilomètres nous séparent de notre première randonnée, le Cap Foulwind. Il s’agit d’une balade le long de la baie de 3km, que nous faisons en aller-retour. 

Encore une fois, le sentier est particulièrement propre et bien délimité, la végétation y est  incroyable et les oiseaux préférés d’Aurore, les fantails, sont présents par dizaines et dansent autour de nous. Pour Bastien, cette « danse » serait plus destinée à nous éloigner de leurs nids qu’autre chose, mais passons. Rabat-joie va.

La balade est facile, avec très peu de dénivelés, et des paysages côtiers qui nous rappellent notre voyage moto à travers la Corse sous un beau soleil.


 

Les plages en contrebas, protégées de l’homme par les falaises, abritent une colonie de phoques. L’occasion pour nous de pouvoir en observer une grosse dizaine sans les déranger, à notre plus grand plaisir.

 ou est charlie?

De retour au campervan et après avoir déjeuné entourés de nos nouveaux copains WEKA (qui tenteront à de nombreuses reprises de s’introduire, eux aussi, dans notre van pour s’inviter à manger), nous reprenons la route pour 60 kilomètres supplémentaires. 

Quelques jours auparavant nous vous racontions avoir rencontré aux Milford puis sur notre freecamp, 3 copains étudiants ingénieurs qui nous ont envoyé le guide Ferzy par mail. Ce guide écrit par un anglais il y a quelques années propose des idées de balades et de randonnées sortant quelque peu des sentiers battus. C’est donc ce guide qui nous poussera à faire un détour de 80km au départ de Westport pour une randonnée le long d’un chemin de fer ayant desservi une mine durant le 20e siècle.

Cette randonnée apparaît aussi dans les documents du DOC mais en version longue (5 à 6h l’aller/retour). 

Le vrai point fort de Ferzy, c’est de proposer une autre version optimisée : 4km aller, puis 4km retour, sans pousser jusqu’au bout car selon lui, « la seconde partie n’est pas plus intéressante », voir même décevante.

Ce sentier débute au petite village de Hector et finit à Watson’s mill.

Entre temps, nous traversons la forêt, le long de la rivière, sur l’ancien chemin de fer. La randonnée est parsemée de tunnels, points, vestiges et wagons, mais aussi d’une superbe cascade.

Il nous faudra 1h45 pour faire l’aller-retour et nous n’y aurons croisé qu’un seul autre couple de marcheurs, partis eux sur la journée (et qui nous confirment que Ferzy avait raison sur la seconde partie le bougre).

 

 
 
 
 
 
 
 

Cette randonnée nommée Charming Creek en vaut vraiment la peine ; nous avons adoré ce moment hors du temps, qui nous ramène moins de 100ans en arrière et nous donne un aperçu de la rudesse de la vie à cette époque.

La fatigue accumulée de la journée nous pousse à ne pas ajouter d’autres marches à notre programme pour aujourd’hui, et nous rentrons sur Westport pour dormir une dernière fois sur la plage de la côte Ouest et profiter du coucher de soleil.

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Une pensée sur “La Great Coast Road

  • 31 août 2018 à 19 h 45 min
    Permalink

    Hello 

    Les strates horizontales qui forment les Punakaiki Pancakes sont étonnantes. 

    La poule d’eau ressemble effectivement à un kiwi.

    Mince j’ai cherché mais je n’ai pas trouvé Charlie. 

    Encore une belle randonnée ponctuée par une belle cascade.

    La suite au prochain article que je déguste méthodiquement. 

    Bonne route 

    James

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :