Glen Canyon National Park

Nous entrons dans le désert habité par les Navajos dès la sortie du parc du Grand Canyon, paysages et couleurs changent de nouveau sur l’espace de quelques kilomètres.

Des étendues désertiques laissent ensuite place à des montagnes aux couleurs pastels, qui nous accompagneront sur les 160km jusqu’à la ville de Page.

 
 

Avant de nous installer dans un camping sur les bords du lac Powel, nous avons une étape « incontournable » : Horseshoe Bend. Un méandre du colorado, en forme de fer à cheval (oui, d’où le nom, bravo), au fond d’un canyon aux couleurs vives. C’est ici que l’on prend l’une des photos les plus touristiques du pays, alors ça se bouscule un peu sur le parking, mais le spectacle vaut les 2km de marche dans le sable aller-retour sous le cagnard de midi. On en prend plein les yeux même si cela ne peut durer que quelques minutes à cause de la chaleur écrasante. Des panneaux indiquent qu’il faut prévoir plusieurs litres d’eau par personne pour cette marche… Un peu exagéré selon nous, mais en effet le soleil donne tout ce qu’il a ici.

Notre arrivée dans le Glen Canyon National Park nous réserve encore de superbes paysages. L’eau clair du lac Powel, un lac artificiel formé suite à la construction d’un barrage en aval, contraste avec les roches creusées par l’eau au fil des millénaires.

Notre après-midi est donc consacrée à la découverte de ce lac et de son attrait principal en été, pouvoir s’y baigner. Pour information, c’est avec la production d’énergie la seconde raison pour laquelle cette étendue d’eau a été créée : attirer les touristes dans les parages et les y faire rester. Pari réussi, les campings sont pleins, et les embarcations de tous genres sont légion, du simple canoé au luxueux yachts. Oui, des yachts sur un lac. L’Amérique on vous a dit. 

Pour nous, dormir en tente c’est aussi profiter des nuits étoilées exceptionnelles de ces déserts lumineux. Des moments incroyables qui nous donne envie d’investir dans du matériel photo performant pour ce genre de spectacle à l’avenir.

 

Carnet de voyage – Dimanche 1er juillet 2018

Mais dormir en tente, c’est aussi se lever avec le soleil. Car ici à peine est-il visible, qu’il transforme notre toile en four thermostat 9. On commence à s’habituer aux réveils de 5h30/6h mais la fatigue se fait sentir, surtout qu’on ne peut pas compter sur nos voisins aux énormes caravanes pour se coucher avec le soleil, eux qui ont la climatisation dans leur couchettes…

Démarrage en douceur, on reprend la route en s’arrêtant au Visitor center du Glen Park consacré au barrage. On en apprend un peu plus sur le fonctionnement et l’impact de ce genre de construction. Pour les plus curieux, une visite à seulement 5 dollars est proposée toutes les 30mn pour descendre au niveau des turbines et voir les entrailles de la bête. Sans quoi, la partie supérieure du musée est gratuite et déjà très intéressante. De plus, elle offre une vue sympa sur le barrage, mais surtout… LA CLIM.

 
 

Nous profitons d’un dernier point de vue sur le lake Powel et son barrage à l’extérieur au parc, et partons visiter le pas moins célèbre Antelope Canyon.

 

Nous avons réservé la veille nos places pour le tour de 11h du Lower Canyon, il ne restait plus de place pour les autres horaires de la matinée. Le Upper quand à lui est complet pour tout l’été. Ca promet pour le nombre de touristes que nous allons être. Bastien est ravi par avance, surtout lorsque l’on voit le prix demandé pour cette attraction touristique à souhait. Nous avons rencontré plusieurs personnes les jours précédents qui nous ont conseillés de faire la visite entre 10 et 11H pour profiter de superbes lumières, ce qui tombe finalement plutôt pas mal. 

A notre arrivée, 30mn avant l’heure comme demandé par le site, des dizaines de personnes attendent désespérément une place. Sur ce coup, nous sommes content d’avoir réservé.

Pour le reste on vous laisse découvrir ce que cela donne en photo.

 
 
 
  
 
 
 
 
  

En réalité, ça brasse énormément de monde mais c’est bien organisé. La descente dans la première salle fait peur (comme par hasard, les photos y sont interdites…) mais ensuite la visite devient fluide. Nous avons eu la chance d’être dans un groupe de vacanciers américains et d’avoir Cameron, un jeune navajo, comme guide. Il a été parfait du début à la fin. Explications, photos, humour et sourires, il a fait de notre visite un très bon moment.

Nous sommes passé par Ken’s Tour (plus de place chez leurs concurrents dixie) pour la somme de 40$ la visite guidée + 10$ de droits d’entrée navajo par personne. Un plaisir un peu cher, certes, mais on ne regrette pas.

 

La visite dure 1h et nous ressortons sous un soleil étouffant à 12h30. Nous revenons sur nos pas à la recherche d’un coin d’herbe ombragée que nous trouverons dans le parc de la ville de Page pour le piquenique avant de reprendre la route pour les terres navajos, et plus particulièrement le pays de Lukcy Luke et de John Wayne : Monument Valley !

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :