El Canon del Colca: notre premier treck en autonomie

Carnet de voyage – Mercredi 10 octobre 2018

 Partir à la découverte du Canon Del Colca seuls, c’était une envie d’Aurore. Pour voir si nous en étions capables en quelque sorte, une espèce de petit défi personnel. Pour rejoindre Cabanaconde, village de départ du treck, il existe 2 solutions : le bus public, au départ du terminal de bus d’Arequipa, ou, les navettes des agences organisant des tours de 2/3j et que nous pouvons prendre seulement pour le transport.

Le bus publique ne coute que 17soles pour 6h de transport (+ le prix du taxi) mais les premiers trajets ne se font qu’au cours de la journée, ce qui oblige donc à débuter le treck le lendemain matin, après avoir passé une nuit dans le village de Cabanaconde, ou les nuits ne sont pas données… 

L’avantage des navettes « touristiques », c’est qu’à 8h30 vous êtes rendus à Cabanaconde, en ayant petit déjeuner et avec un arrêt au mirador des condors pour 35soles par personne (soit un peu moins de 9,5€ par tête). Le double certes mais le fait de  ne pas « perdre » une journée nous aura convaincu.

Nous voici donc après une très courte nuit au pied de guerre dès 2h du matin, à attendre notre navette.

 

Lucia, une tchèque en vadrouille depuis un an et demi part également avec nous et nous découvrons dans le bus que nous sommes les 3 seuls à le faire en autonomie. Les autres ont tous optés pour une formule « tout compris », sur 2 ou 3 jours.

Le petit déjeuner est sommaire, mais fera l’affaire et l’arrêt au mirador des condors aura permis à Bastien d’en voir un de près. Aurore et le sens de l’observation ce n’est toujours pas ça.

A 8h30 nous sommes sur la place du village, a acheter notre « pass », un sésame à ne pas perdre et que nous devrons montrer à différents check point lors de ces 3jours.

 

Dès la sortie du village, le premier mirador nous en met plein la vue. Cela annonce la couleur pour les 3 prochains jours, ça va être top.

Naturellement nous commençons la première partie avec Lucia, une descente de 1200m sur 13km que nous réalisons en 4h et en prenant notre temps et où nous ne croiserons que peu de randonneur, moins d’une dizaine. Attention, cette partie est relativement « cassante » pour les genoux, la descente est constante, et les coins d’ombre très peu nombreux pour se reposer.

 
 
 

  

Nous décidons comme de nombreux voyageurs de faire notre première nuit dans le lodge de Lalluar, composé de cabanes au bord de la rivière et de ses fameuses « hot pools » à 39°, idéales pour soulager les premières douleures musculaires de la descente. Vous l’aurez compris, on recommande forcément cette étape « relaxe » ! Après avoir déjeuné au restaurant du lodge on se dirige vers les 2 bassins et rencontrons 2 couples de français, Anoushka et Pierre de Nancy et Nadège et Dylan de Carcassonne. De quoi combler notre après-midi dans une parfaite joyeuse humeur ! Une fois de plus, les rencontres impromptues sont toujours les plus belles.

 

 

Après une partie d’UNO et un diner végétarien (tout de même correct) nous partons tous nous coucher, épuisés de cette longue journée.

Le ciel étoilé est absolument magnifique et encore une fois nous fait regretter de ne pas avoir emporté un bon appareil photo pour immortaliser la voute céleste.

 

Carnet de voyage – Jeudi 11 octobre 2018

Nos voisins nous ont motivé, le réveil a 7h n’est finalement pas si difficile lorsque l’on a dormi 11h !

Après des « pancakes » péruviens plus proches du platre que du petit déjeuner, c’est parti pour Sangalle, plus généralement appelé  «l’oasis ». Aujourd’hui, D+700/D-700, à faire en moins de 5h selon nos prédécesseurs.

Après la remontée de Lalluar, maps.me nous indique des chemins de traverse que nous chercherons un moment, mais nous nous rendrons finalement à l’évidence : ceux-ci n’existent plus.

 

Nous devons donc suivre la piste, un chemin cabossé très peu fréquenté et donc agréable pour la marche et où nous ne croiserons que le bus scolaire qu’ont décidé de prendre Nadège et Dylan pour éviter le dénivelé positif du jour. De notre côté la grimpette est plutôt agréable, en effet aujourd’hui une grande partie du parcours est à l’ombre, et le dénivelé est relativement doux, puisqu’adapté à un véhicule.

  

L’autre coté du canyon nous apparait après 2h de montée, les paysages sont toujours aussi beaux mais nous ne verrons malheureusement pas de condors aujourd’hui. En avance sur le programme nous nous décidons à prolonger la randonnée jusqu’au village de Malata afin d’y déjeuner. Il n’est que 11h mais une mamita accepte volontiers de  nous préparer son menu du jour. Nous voici repu pour seulement 8soles, alors que les prix en contrebas, au cœur de l’oasis, avoisinent plutôt le triple.

Le village est vraiment mignon et vaut bien de prolonger un peu la marche. On se perd un peu dans les champs de cactus, accompagné d’un chien qui aura fait un gros bout de marche avec nous, avant de retrouver notre chemin et Lucia qui a décidé de prendre le bus jusqu’à Tapay et de ne faire que de la descente.

La dernière partie de Malata à Sangalle est vraiment très belle. A notre droite, des terrasses agricoles élaborées depuis plusieurs siècles, et à notre gauche le fond du canyon côté San Jan Chamuco, très vert grâce au micro climat qui existe ici, et aux cascades qui alimentent ce petit coin de paradis.

L’Oasis porte bien son nom. Au cœur de ce canyon aride, cet écrin de verdure semble irréel. On aperçoit depuis un moment les piscines des hôtels alimentées par les sources d’eau qui s’échappent de la roche, et avons hâte d’y passer l’après-midi.

   

A 13h nous sommes installés au Paraiso Lodge, le premier hôtel que l’on a trouvé. Le confort n’est pas là (pour ne pas dire que c’est particulièrement sommaire) mais le prix nous convient vis-à-vis de ce que proposent la concurrence. Gros plus, la piscine est vraiment sympa, et puis de toute façon, avec un réveil programmé à 4h30 la nuit sera trop courte pour que nous ayons réellement besoin de confort… ou même de fenêtres d’ailleurs.

Nadège et Dylan, installés dans l’hôtel voisin nous rejoignent autour de la piscine en fin d’après midi et pour le diner. Nous ferons la remontée tous les 4 puisque nous avons tous les même but, réussir à grimper dans le bus publique de 9h pour pouvoir enchainer sur autre chose.

 

Carnet de voyage – vendredi 12 octobre 2018

 A 5h notre petite troupe est prête à l’assaut des 1200 D+, l’étape redoutée de cette randonnée de 2 ou 3 jours. Les frontales sont rapidement éteintes car le soleil apparaît déjà mais le fait de commencer si tôt nous permet de faire la quasi-totalité de l’ascension à l’ombre, ce qui est, pour nous, indispensable vue la chaleur emmagasinée par la roche dans l’après-midi. C’est qu’on a presque eu froid par moment !

Les garçons en tête, les filles en papotant et en faisant quelques pauses photos et eau supplémentaires, nous venons tous à bout de cette belle grimpette en 2h25 pour les garçons et 2h40 pour les filles. Fiers de nous (enfin, principalement du fait que nous n’avons absolument pas subit cette montée, contrairement à ce à quoi nous nous attendions), nous nous dirigeons vers le village pour acheter nos tickets de bus et prendre un vrai petit déjeuner bien mérité.

Ce treck est vraiment superbe et accessible à tous, pour peu d’être dans une forme physique « correcte ». Attention si vos genoux vous font souffrir, la descente risque d’être un vrai calvaire cependant…

Les paysages découverts à travers les vitres du bus nous laissent encore émerveillés. Cette région du Pérou est tout aussi superbe que ses voisines. Nous qui n’attendions rien du Pérou, nous sommes dorénavant conquis à 200%.

 
 
 

Bon, après les 5 premières heures principalement, car nous tombons ensuite dans 2h de bouchons à l’arrivée sur Arequipa, ce qui rend de suite le trajet bien moins drôle. Nous arrivons vers 16h au terminal de bus et retournons rapidement à notre hôtel en taxi avec Lucia.

Il nous reste 3h pour refaire nos sacs, prendre nos douches, trouver un hébergement à Cusco, reprendre un bus de ville pour se rendre au terminal, et se reposer un peu avant notre bus de nuit. C’est déjà notre dernière étape péruvienne, et pas des moindres.

Direction Cusco et le fameux Machu Picchu !

A bientôt

Aurore & Bastien

 

Infos voyageurs:

  • Navette Arequipa – Cabanaconde par une agence privée avec petit dej et mirador des condors 35 soles = 9,20€ par personne
  • Pass randonnée canion del Colca 70soles = 18,30€ par personne
  • Nuit Cabane llaluar 50soles = 13€
  • Dejeuner + Diner + Petit dejeuner lalluar 28soles=6,60€ par personne
  • Nuit Sangalle 35soles=9€ pour la chambre la plus sommaire. malheureusement pour nous il n’y avait plus d’autres chambres. 
  • Dejeuner Malata 2,60€ le menu du jour
  • Diner Sangalle 3,90€ par personne
  • Bus pour Arequipa 17soles = 4,45€

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :