Au coeur de la cordillière centrale: Huancayo

Carnet de voyage – mardi 2 octobre 2018

Notre itinéraire au Perou n’a pas été réellement préparé en amont. Hormis quelques étapes incontournables comme Arequipa et son Canyon del Colca, ou Cusco et le fameux Machu Picchu, les autres trésors du pays nous étaient encore inconnus il y a quelques jours. Nous avons choisi comme pour nos précédentes destinations de nous laisser quelques libertés, et d’adapter le rythme à ce que le pays pouvait nous offrir. Après avoir hésité à suivre le classique Paracas-Ica-Nazca-Arequipa, nous nous sommes dit que partir dans les montagnes de la Cordillère centrale, peu connues et très peu touristiques, pourrait plus nous correspondre et nous permettre de sortir un peu des sentiers touristiques ultra fréquentés. Alors, bonne idée, ou perte de temps ?

 

Pour le savoir, direction Huancayo !

 

Enfin, avant, il faut que l’on vous parle des transports péruviens tout de même. Les fameux. Parce que prendre un bus au Pérou lorsque l’on ne prépare rien peut représenter certaines… Complications.

Ici, il n’y a pas un seul terminal de bus central comme dans tous les autres pays que l’on a fait, mais bien un terminal par COMPAGNIE. Voir 2. Alors, quelle compagnie choisir ? Il existe le site redbus.pe pour aider, mais en réalité il ne recense pas toutes les compagnies qui existent, uniquement les plus connues… et les plus chères. On se tourne donc encore sur internet et trouvons que la compagnie « Oltursa » propose des départs pour Huancayo réguliers. Petite aparté concernant les transports sur la partie PEROU/BOLIVIE : en plus de devoir être attentifs aux prix, il faut également être attentifs à la sécurité des compagnies, et donc ne pas forcément prendre les compagnies les moins avantageuses économiquement, mais bien trouvé un juste milieu entre confort, prix, et sécurité. Là aussi, les avis sur internet pourraient vous indiquer quelles sont les compagnies à fuir. Petite course en taxi pour nous amener au terminal 2h avant le départ et nous prenons facilement 2 places pour un superbe Bus à 2 étages. Habitués des bus depuis 9 mois, nous restons bouche bée devant la qualité des prestations de notre trajet. Sièges inclinables et confortables, télés, repas, toilettes (fonctionnelles)… Bref, un vrai bus de luxe digne d’un vol long-courrier d’Air France !

 

Bien sûr, nous avions acheté de quoi manger pour ne pas nous retrouvés à attaquer les sièges comme sur d’autres trajets précédents, mais la barquette du midi nous servira donc de repas pour le soir… A savoir si vous passez par eux !

 

Huancayo se situe donc à 3600m d’altitude, et nous partons du niveau de la mer. Il est temps de voir comment nous réagissons à l’altitude, car nous allons dépasser les 3500 à plusieurs reprises sur les prochaines semaines.

 

Les 6h de trajet annoncées se transforment logiquement en 7h30, à frôler les blocs de roches tombés des falaises, mais les paysages nous plaisent déjà et nous confortent dans notre choix d’itinéraire. Notre route passe devant la gare de train la plus haute du monde, la Oroya, rien que ça.

À notre arrivée, surprise, notre hôte airbnb et sa fille nous attendent à la gare routière depuis 2h pour nous accueillir. On monte tous les 4 dans un taxi et ne traînons pas longtemps avant de nous endormir fatigués de notre journée et sûrement des effets de l’altitude s’y vite montée. Petite anecdote, nous avions pris une chambre double. Nous avons eu le choix : dormir à deux dans un lit simple, ou séparés dans deux chambres situés à des étages différents… De quoi là aussi nous faire bien rigoler, mais la gentillesse de nos hôtes est telle que nous préférons ne rien dire, et dormir tête bèche dans notre chambre de poupées.

 

Décidément, le Pérou nous réserve quelques surprises…

 

Carnet de voyage – mercredi 3 octobre 2018

 Qu’il y a t-il à voir à Huancayo? Pas grand-chose en réalité. Cependant Huancayo est une ville relativement grande et entourée par les montagnes. Notre chambre située au 3ème étage de la maison nous permet de profiter de ces paysages incroyables, la cordillère centrale.

 

La curiosité nous pousse à partir à pied découvrir la ville. Un centre peu agréable, des places en travaux, cela démarre mal mais nous profitons de cette immersion incroyable au cœur de la population.

 
 
 
 
 
 
 

Les hommes discutent sur les places pendant que les femmes, vêtues de costumes traditionnels, chapeau melon noir et jupe colorée, vendent jus de fruits, articles en tout genre… Nous tombons même sur une vendeuse de…semelles ! Et pas n’importes lesquelles, de véritables ADADAS ! Ça tombe bien Bastien en avait besoin, et puis entre Adadas et Adidas, la différence ne tient qu’à une lettre alors.

 

On quitte rapidement le centre et partons à la découverte du marché central. Pour nous, le premier marché que nous découvrons dans un pays nous donne le ton sur la suite du voyage : on adore l’ambiance qui y règne, et ici, nous ne serons pas déçus.

Un grand marché local avec ventes de fruits, animaux vivants (ou moins vivants), et notre rencontre avec nos premiers cuy (cochons d’Inde), vendus par filets entiers. Ici, c’est un met très courant, affiché sur de très nombreuses cartes. S’il ne coute presque rien dans cette partie du pays, le tourisme a fait que les prix explosent dans les villes plus fréquentées, mais ça, nous le découvrirons après.  

 

 
  

  

Nous ne trouvons pas facilement un restaurant typique, et finissons chez l’un des innombrables rôtisseurs du coin où nous nous retrouvons avec un demi-poulet chacun à manger. Ici, les formules 1/8, ¼ et ½ poulet-frites sont présentes partout, et à moindre cout ! Quelque chose nous dit que ce n’est pas notre dernière volaille du voyage… Nos estomacs grimacent en souvenirs de ces longs mois de poulets en Asie…

Une chose est sûre, pour digérer tout ça, il va falloir marcher. Ça tombe bien, c’est prévu. Des formations géologiques au Nord de la ville semblent valoir le détour. Puisque les points d’intérêt de la ville restent peu nombreux, on n’a pas grand-chose à perdre.

En chemin, nous passons par le parc Cerrito de la Libertad, que nous ne trouvons pas particulièrement sympa mais qui a le mérite d’offrir un beau belvédère sur la ville.

 
 

 

Arrivés au pied des formations rocheuses, on se retrouve 3 mois en arrière à Bryce Canyon.  Bien sûr en bien moins impressionnant mais ces formations sorties de nulles part font leur petit effet et offre une belle pause.

 
  

En rentrant chez notre hôte nous passons par le parc de la Identidad Huanca.  Et c’est peut-être la belle surprise de la journée finalement, un très bel hommage à la culture péruvienne ancrée ici, composée de statues en lien avec l’histoire de la région disséminées dans un joli parc au faux airs du parc Guell de Barcelone.


 

 

 

  

On en fait rapidement le tour mais c’est un vrai coup de cœur pour cet endroit, où les habitants viennent eux aussi passer quelques instants dans la journée.

Pour la suite de notre périple direction Hancavelica, enfin si nous y arrivons, car ici, personne ne semble savoir comment rejoindre la ville voisine!

A bientôt.

Aurore & Bastien.

 

Infos voyageurs:

  • Bus Oltursa, Lima – Huancayo 1à,50€ par personne
  • Nuit AirBnb Huancayo 10€ la nuit.

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :