ANGKOR des temples

La ville de Siem Reap est notre première destination cambodgienne. 8h de route et le passage d’une frontière plus tard, nous y sommes.

 

SIEM REAP

Le trajet se passe sans encombre, changement de bus à Strung Treng et nous arrivons en centre-ville de Siem Reap à 18h comme on nous l’avait annoncé.

Nos premiers pas dans Siem Reap font redescendre la tension accumulée le matin . Les sourires des Cambodgiens nous font énormément de bien, comme les autres voyageurs nous l’avaient annoncé. Après avoir déposés nos sacs dans une guest-house, nous partons à la découverte du night market et de pub street, la rue la plus connue de la ville. L’ambiance est détendue, l’humeur générale est à la fête, et la nourriture de rue délicieuse et à petit prix. Comme un petit air de street-food thaïlandaise, que ça fait plaisir.

   

 

Carnet de voyage – mardi 20 mars 2018

Notre guest house est basique et nous ne pouvons y rester car il n’y a plus de chambre pour le soir même. Un rapide coup d’œil sur booking, nous optons pour un hôtel à 600m avec piscine. Le confort est basique également mais la piscine, certes verdâtre, fait toute la différence dans cette ville qui affiche 35 degrés à midi.

Nous partons au vieux marché découvrir les étals cachés derrière les stands de souvenirs et manger un bo bûn au milieu des cambodgiens. Excellent comme toujours, nous finissons notre repas avec un ananas frais à 50cts.

   

Parmi les quelques activités qu’offre la ville figue une visite des « artisans d’angkor ». Cette école des métiers de l’artisanat est ouverte gratuitement au public tout l’année et permet d’observer les métiers oubliés, tailleur de pierre, de bois, laque, peinture sur soie, poterie etc.

 
 
 
 

Une visite très sympa et un magasin d’objets réalisés magnifique, ça donnera presque à Aurore l’envie de se faire envoyer une réplique de statue angkorienne par DHL !

Le soleil tape, la piscine nous appelle, barbotage pendant 2h puis il est déjà temps de s’attaquer au programme du lendemain, la visite des fameux temples d’Angkor. Les sites sont situés à une dizaine de kilomètres de la ville et la billetterie sur un autre chemin à environ 6km. Dans notre tête c’est facile, comme souvent, et le plan est simple. On loue un scooter pour 26h, nous permettant de procéder à l’achat des tickets, de faire la visite le lendemain et de finir par un coucher de soleil avant de restituer le bolide.

Mais ça c’est dans notre tête car lorsque l’on demande au gérant de l’hôtel de nous recommander un loueur de scooter, celui-ci nous indique qu’il est interdit aux étrangers de conduire des 2 roues motorisés au Cambodge, et particulièrement à Siem Reap.

Perplexes, et un peu décontenancés, voilà notre état premier. Le permis international n’y fait rien, si tu te fais arrêter par la police, c’est une amende pour le conducteur et le loueur. L’amende s’élèverait à priori à 5$, information difficile à confirmer. Nous partons au hasard dans notre quartier, Aurore pensant qu’il existe des scooters électriques, une alternative qui elle n’est pas puni par la loi (allez savoir pourquoi). Quelques boutiques plus loin, pas de scooter mais des vélos électriques à 10$/j et pour une seule personne. Déjà que le budget backpack en prend un coût avec le prix du billet d’entrée, et Aurore n’aillant que moyennement confiance dans ses capacités à conduire à l’asiatique, cette option là ne nous ravie pas. Seconde alternative envisagée, nous discutons un bon moment avec un chauffeur de tuktuk : 20€ pour le lever de soleil + le « petit tour » de 5h à 13h. Une option possible mais qui ne nous satisfait toujours pas car nous voulions y passer la journée entière, et être libres de nos déplacements.

C’est déconfit (nous n’avons pas d’autres mots) que nous tombons sur un loueur de vélo et de scooter ! Nouvelle discussion, nous évoquons avec lui directement la réglementation en vigueur (pour mieux comprendre, l’homme est cambodgien tandis que notre hôtelier est un expat). Celui-ci nous explique qu’en effet la police n’aime pas voir les étrangers sur des scooters, officiellement pour des raisons de sécurité, mais que cela se fait. Il nous fait comprendre que le rond-point proche de sa boutique représente le principal point de contrôle des forces de l’ordre au cours de la journée, et qu’il ne pourra rien faire pour nous à cet endroit. Cependant, en dehors de cette zone, si on se fait arrêter, il nous demande de donner son numéro pour qu’il « s’occupe du reste ».

On a bien compris tous les deux, les pots de vins sont courants et ça n’effraie en rien ce loueur. Une fois sur les sites d’Angkor, pas de police sur place donc nous serons tranquilles toute la journée, nous devrons juste faire attention à l’aller et au retour, et à attacher le 2 roues lors de nos arrêts. En calculant rapidement le prix du scooter + l’amende, au cas où, nous arrivons à moins cher que le tuk-tuk, et pouvons en profiter dès ce soir. C’est vendu, nous repartons avec une 125cm3 « en l’état », et filons directement à la billetterie avant qu’elle ne ferme. Billets en poche nous pouvons dès maintenant filer aux temples d’Angkor. C’est une petite astuce qu’Aurore a dénichée sur Internet : à partir de 17h, les gardes laissent entrer les billets du lendemain ce qui va nous permettre de faire un premier temple et le fameux coucher de soleil depuis Phnom Bankheng.

   

 
 

Le retour en ville, de nuit, se fait sans encombre ! Certes, la conduite Cambodgienne nécessite un temps d’adaptation, mais Bastien s’y fait et apprécie même, la circulation ici est très fluide ! Par cela, il faut comprendre que personne ne s’arrête jamais (feux rouges compris), que le plus gros passe toujours en premier, mais que chacun fait gaffe à l’autre, acceptant de laisser la priorité lorsqu’il n’y en a pas, pour en bénéficier au croisement suivant. On comprend finalement rapidement pourquoi ils ne veulent pas que les étrangers conduisent ici, Bastien s’y adapte rapidement mais Aurore en aurait été incapable. Heureusement pour elle, il lui reste la solution de fermer les yeux.

Impossible pour nous cependant de vous indiquer que louer un 2 roues ici n’est pas sans danger. Comme partout, il vous faudra être particulièrement attentifs, adapter votre allure, et surtout, VOUS EQUIPER ! La solution de la location, même si elle nous aura été très bénéfique, reste controversée ici, et il vous faudra vous faire votre propre avis et choisir en conséquence.

Nous concernant, nous n’allons pas bien loin pour diner, un petit restaurant cambodgien, dont les plats khmers nous ont enchanté. Le réveil est programmé à 4h30 pour le fameux lever de soleil, la nuit va être courte.

 

Carnet de voyage – mercredi 21 mars 2018.

A 4h20, notre réveil est devancé par l’orage. Le lever de soleil est complètement abandonné mais nous voulons partir tôt (entendre = avant les foules de chinois) visiter les temples d’Angkor. C’est donc à 7h, malgré la pluie qui ne faiblit pas, mais les éclairs ayant disparus, que nous partons.

Nous commençons par Angkor Wat, croisant déjà les quelques courageux qui ont affronté l’orage pour venir apercevoir le lever de soleil qui n’a jamais eu lieu. Le site est impressionnant, les yeux d’Aurore brillent comme à Disney, malgré le temps la magie du lieu est bien là. Et les chinois en moins. Nous profitons de pouvoir visiter Angkor Wat sans les groupes de 7h à 9h, les nombreuses galeries couvertes nous font passer un peu entre les gouttes. Le temple-montagne (3e niveau) est impressionnant et offre une vue incroyable sur la jungle environnante.

 
 
 
 
 
 
 
         

Après le plus connu, place au plus aimé, le Bayon et ses centaines de visages. A 10h, au milieu de la visite, la pluie commence à cesser. Les nuages restent et permettent à la température de ne pas remonter, on croise les doigts pour que cela reste comme ça.

 

   

 

On continue notre visite de Angkor Thom par Baphuon.

 
 

Preah Palilay

 

Nous déjeunons dans une cahutte-restaurant face à la terrasse des lépreux. Affichés à des prix exorbitants, nous pensons partir manger ailleurs quand la serveuse nous descend les prix plus vite que son ombre. Nous finirons à 5$ pour 2 plats au choix sur la carte (chacun affiché à 7$), ok on a compris TOUT se négocie, il suffit de ne pas venir du pays au soleil levant.

 
 
 

Retour au scooter par la terrasse des éléphants et conciliabule sur la suite du programme. Quitte à ne faire qu’une journée, et puisque le temps nuageux nous épargne la chaleur, c’est parti pour combiner grande et petite boucle sur la même journée. 3 en 1, plus fort que n’importe quelle marque de lessive. On vous épargne les détails et on vous laisse admirer les photos…

 

 
                                                                                           Preah Kanh

 

 
 

 

                                                                                                                   Neak Pen

                                                                                             Ta Som

 

 
                                                                                               East Mebon
 
                                                                                          Sras Srang

                                                                                                            Banteay Kdei

                                                                                       Ta Prohm

      

 

On en a pris plein les yeux, semblables mais tous différents (same same but different…), nous aurons éviter les foules jusqu’à Ta Prohm (le fameux temple de lara croft) et avons fini épuisés mais heureux après un coucher de soleil sur Angkor Wat, de nouveau sec depuis notre passage du matin.

 
 

Les temples d’Angkor restent un incontournable du Cambodge. Malgré la foule, les temples si imposants sont magnifiques. Le prix a doublé depuis un an mais 30€ pour une journée dans une des (presque) merveilles du monde reste tout à fait justifié. Après avoir fait une si grosse journée, nous ne nous serions pas vu y repartir le lendemain. Etaler les visites sur une petite semaine est une bonne alternative, qui nécessite temps et argent. Le tourisme de masse nous laisse perplexe dans ce lieu qui a besoin d’être conservé. En septembre 2017, 143000 visiteurs ont été enregistré sur une semaine. La hausse de 4% par année reste constante depuis quelques années. Environ 2 millions de visiteurs par an dont 650.000 chinois, et 250.000 sud-coréens. Les bénéfices d’Angkor reviennent au Vietnam et les répercussions économiques sur le pays sont telles qu’il est difficile d’imaginer mettre des quotas de visiteurs. Notre ressentiment reste mitigé, avec la sensation que ces temples courent un grand danger lié au tourisme, une fois de plus, alors qu’ils ont résisté à travers les siècles aux nombreuses guerres de la région. Mais que faire ?

Nous finissons notre journée dans notre petit resto du coin de la rue. Un burger et un croque-monsieur, pas très khmer, c’est vrai, mais tellement bon…

Carnet de voyage – jeudi 22 mars 2018

Aujourd’hui, journée repos après les 12km de vieilles pierres de la veille. Au programme, tour au marché pour acheter de nouveaux tee-shirts, déjeuner dans pub-street et son ambiance très européenne et détente à la piscine de l’hôtel.

A 19h, sandwichs en main, un mini-bus nous récupère, en direction du bus de nuit pour rejoindre la côte Sud du pays et plus précisément la ville de Sihanoukville.

Au départ, Aurore souhaitait faire une traversée sur le Tonlé Sap pour découvrir les villages flottants situés entre Siem Reap et Battambang au sud-ouest du lac. Malheureusement, arrivant en fin de saison sèche le lac est au plus bas, 1m d’eau contre 6-7 en temps normal et la vie sur le lac est quelques peu différente. La traversée s’effectue en plus de 8h de temps, sans limite maximale et avec des transferts possibles en van si les conditions de navigation sont vraiment trop mauvaises et les habitations sont perchés au-dessus de nos têtes. Rien de bien réjouissant, nous l’avons compris, nous ne sommes pas à la bonne saison pour cette découverte du pays. Cette information nous a été confirmée par notre guest-house. Changement de programme, et nous gardons l’idée pour un prochain voyage, qui sait ?

Après la mauvaise expérience du sleeping bus au Laos, l’arrivée d’un bus hôtel avec lit double (2 couchettes collés d’un côté, une isolée de l’autre) entièrement couché et avec assez de place pour être à l’aise est une bonne surprise. 20h nous sommes installés, Tomb Raider lancé sur l’ordinateur pour profiter une dernière fois des temples d’Angkor. Arrivée prévue le lendemain, aux environs de 7h.

 

Infos voyageurs : taux de change 1$ = 4000riels = 0,80€

  • The 84 hotel 6,30$ la nuit, chambre basique dans un quartier calme mais proche de tout. Personnel peu accueillant. Bon rapport qualité-prix.
  • Oasis Siem Reap 9$ la nuit. Chambre simple également, sdb vétuste et des puces de lits chez nos voisins. La piscine bien que verdâtre réhausse la note. Le gérant expat européen en fait beaucoup trop, bref, on a pas accroché.
  • Pass 1j Angkor 37$, payable en cb sans frais.
  • Location scooter 10$/j . Essence 1$/litre
  • Hotel Bus Siem Reap – Sihanoukville 14$/personne

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l'aventure TOUR DU MONDE, de l'idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Une pensée sur “ANGKOR des temples

  • 11 avril 2018 à 18 h 04 min
    Permalink

    Hello,

    Explosion de couleurs nocturnes le soir sur le Cambodge

    Chapeau pour avoir eu le courage de piloter le scoot. Pour ma part je pense que je n’aurais pas tenté mais Bastien est un motard beaucoup plus aguerri que moi.

    Les temples sont toujours aussi merveilleux et les racines d’arbres enchevetrées dans la pierre sont envoutantes

    Bonne route 

    James

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :