Ajaccio, ses îles sanguinaires et la pointe Parata

Pour terminer notre séjour corse, nous décidons de passer les deux derniers jours sur les hauteurs d’Ajaccio.

Départ de bonne heure , nous préférons prendre notre temps et découvrir les départementales en évitant la T40 prise à l’aller.

Après 1 heure à user les flancs de nos pneus à travers les innombrables virages de la D355, nous arrivons, un peu par hasard, au col de Gradello où nous prendrons notre plus beau petit déjeuner du voyage, surplombant le Golfe d’Ajaccio. 

 

Quelques 30 minutes nous suffiront à atteindre Bastelicaccia, un village à quelques kilomètres de la ville, où Bastien nous a trouvé deux nuits en Air BnB.

Notre hôte, Marc, se plie en quatre pour ses voyageurs : un très bon plan, dont voici le lien Airbnb  ! Après avoir délesté notre destrier de ses valises, direction Ajaccio pour une visite de la ville.

Une fois de plus, il est très facile de trouver des emplacements moto gratuits, y compris dans la vieille ville ou nous nous rendons pour une balade à pieds. Nous descendons la place Foch à l’heure de fermeture du marché pour arriver sur le port et ses restaurants « attrape touristes » à proximité de l’eau. Nous remontons ensuite le long des remparts pour admirer la citadelle et finissons par marcher le long de la plage saint-François avant de retourner dans la vieille ville, manger dans un restaurant de la rue du roi de Rome que nous conseillons.

Une ballade d’une heure nous a suffit à être unanime, nous n’aimons pas Ajaccio. Un front de mer bouché par les fils d’automobilistes, un centre ville bruyant et des demeures historiques prises au piège au milieu des immeubles mal entretenus. Fuyons ! Dès le déjeuner fini, nous reprenons la route pour nous éloigner de nouveau de la ville.

Le climat nuageux de septembre nous amène dans la réserve de A Cupulatta. Le plus grand centre européen de conservation de tortues, à 21 km d’Ajaccio. Ce centre héberge 170 espèces marines et terrestres : comptez 2 heures pour en faire le tour tranquillou, 11€/personne.

Repas VEGAN chez les tortues ninja

Une fois de plus, nous reprenons la route direction Corte, les paysages de montagne de la haute corse devant nous. Nous nous arrêtons dans le petit village de Bocognano pour un chocolat chaud face à la montagne qui nous réconforte avec les 15 degrés ambiant. 

Le froid, la pluie et la fatigue nous font faire demi-tour. Nous prenons les petites routes et faisons le détour par les nombreux points de vues indiqués sur la route, passant par le « voile de la mariée », Bastellica et arrivant sur Bastelicaccia. Un trajet d’une heure à travers la forêt du cœur corse et de tout ses châtaigniers. Un petit aperçu des splendeurs de cette région qui fera assurément partie de notre prochaine venue.

Marc nous conseille un restaurant tout proche, l’Annexe. Une bonne adresse pour les « viandards » ! Le propriétaire, boucher de profession, sélectionne ses viandes avec exigence, et propose des morceaux allant de 400g à 1kg, pour un très bon rapport qualité-prix. Pas sur que vous arriviez à avaler un dessert… 

Nous finissons notre séjour par le coucher de soleil sur les îles sanguinaires. Direction la pointe de la Parata, non sans mal, car venant de Piana, la route principale… n’existait plus ! Ils sont farceurs ces Corses. Détour par le centre d’Ajaccio à l’heure de la débauche découvrant un autre aspect négatif de la première ville corse (décidément). 

La D111 qui mène à la pointe de la Parata est bordée des plus belles demeures d’Ajaccio ainsi que des caveaux des plus grandes familles de cette partie de la Corse, la vue sur le golfe de Sagone est magnifique.

Arrivés au parking (payant la journée, attention) nous prenons le sentier qui mène au pied de la tour génoise, et nous posons à même la roche . Face à nous, les îles sanguinaires reflètent les rayons du soleil sur leur roche rouge. La grande sanguinaire est accessible par bateau pour les plus curieux. 

 

 

De notre avis, Ajaccio est un point de chute intéressant pour basculer du Sud de la Corse vers le centre et le nord, mais ne mérite pas de s’y attarder plusieurs jours en sortant du Ferry ! 

premiervol

Aurore et Bastien vous proposent de suivre l’aventure TOUR DU MONDE, de l’idée, au retour en France, en passant par le premier vol en Janvier 2018.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :